Sortie le 1er novembre 2017

Présenté hors compétition lors du dernier festival de Cannes, avec en toile de fond les démêlées de son réalisateur avec la justice américaine, D’après une histoire vraie est adapté du roman éponyme écrit par Delphine de Vigan, un best-seller qui avait reçu en 2015 Le Prix Renaudot et le Goncourt des lycéens. Cette mouture destinée au 7e art est loin d’avoir convaincu la presse, certains lui reprochant son scénario bancal – signé Olivier Assayas – d’autres décrivant ce thriller paranoïaque comme « un bien pauvre Misery ».

Pour ce huis-clos mettant face-à-face deux femmes, le cinéaste franco-polonais a fait appel à Emmanuelle Seigner et Eva Green (la fille de Marlène Jobert), dont il s’agit ici d’un des rares films tournés dans sa langue maternelle. Réflexion sur l’écriture, mais aussi sur la frontière, ténue, entre la réalité et la fiction, D’après une histoire vraie raconte l’histoire d’une auteure tourmentée (Seigner) en panne d’inspiration qui va croiser la route d’une fan (Green) lors d’un salon du livre.

Cette dernière se révélera particulièrement intrusive et toxique, rejoignant ainsi la galerie de personnages troublants et inquiétants auxquels nous a habitué le réalisateur du Pianiste. Reste à savoir si le public sera plus indulgent avec ce long-métrage mettant aussi en scène Vincent Pérez.