Dakh daughters, Freak cabaret © Igor GAIDAI

DOSSIER SPÉCIAL SAISON CULTURELLE 2021/2022

La saison culturelle qui a débuté à la fin de cet été a une saveur douce-amère. Si la plupart des théâtres, musées et salles de concert ont rouvert leurs portes, leurs équipes et les artistes doivent souvent composer avec des jauges réduites et un public parfois hésitant. Pourtant cette saison 2021-2022 reste marquée par l’enthousiasme, et s’avère particulièrement riche en événements ;  du fait de calendriers chargés par les reports de la saison précédente notamment. Dans les pages qui suivent, nous avons sélectionné plusieurs temps forts de l’actualité culturelle en Lorraine : théâtre, musiques d’aujourd’hui, expositions aux quatre coins de la région. Si l’accueil redémarre tout juste, la créativité et la diversité n’ont elles jamais été mises entre parenthèses. Les artistes de tous horizons et de toutes sensibilités que nous avons choisi de vous présenter ici en sont les preuves bien vivantes.


Nourri par une énergie punk réjouissante et une imagerie débridée, le spectacle Freak Cabaret des Dakh daughters est tout autant l’héritier d’une tradition que sa relecture moderne et déjantée.

Tout est permis chez les Dakh daughters. Les chanteuses, danseuses, comédiennes et performeuses ukrainiennes installent sur scène un tourbillon incessant, accordéon, clavier électrique, contrebasse, violoncelle, flûte et percussions passant de l’une à l’autre, entre les multiples changements de plateaux et de costumes. Question look, on hésite entre le cabaret berlinois, le concert punk et le culte païen : l’énergie est à prendre partout, et les Dakh daughters ne se gênent pas. Construit « comme un poème », leur Freak Cabaret n’est exempt ni de douceur ni de colère, se permet toutes les fantaisies, mélangeant des textes de rap français à des chansons occitanes du XIIIe siècle, des rythmes orientaux et des musiques traditionnelles ukrainiennes. Ici, la rage et la joie, l’intelligence et la candeur cohabitent, rythmées par un humour féroce… une valse noire rehaussée de toutes ces couleurs, et qui ne semble jamais devoir s’arrêter.

Ce cabaret « freak », du nom de ces anomalies humaines magnifiées par le film de Tod Browning, est tout autant poétique que politique. C’est toute la rébellion, l’excentricité et la force que peut avoir l’âme slave que l’on a le sentiment de retrouver sur la scène, face à ces incroyables artistes que l’on a pu entendre chanter place Maïdan à Kiev en 2013. C’est cette année-là que la France les a découvertes sur les planches, et comme un écho à leur histoire, elles font de leur spectacle une révolution permanente. Une révolution où l’on est pris d’une irrésistible envie de danser et de chanter à tue-tête en oubliant toutes les conventions. Bien entendu.

Le 25 mars 2022 à l’ACB, Scène nationale de Bar-le-Duc

www.acb-scenenationale.org