Céline-Bonacina- (©DocMac)En 2005, après sept années passées sur l’île de la Réunion, Céline Bonacina revient en métropole avec un projet en tête : fonder un trio sans instrument harmonique. Elle-même aux saxophones, elle est rejointe par Olivier Carole à la basse et Hary Ratsimbazafy à la batterie. Ce projet particulier est l’occasion de rassembler une foule d’invités : le guitariste vietnamien Nguyên Lê sur l’album Way of life, le chanteur et guitariste malgache Charles Kely, le percussionniste Milo Cinelu sur Open heart, Frank Tortiller au vibraphone…

Tout en finesse, le jazz de Céline Bonacina est aérien, voltigeant au gré d’influences mondiales revisitées. Avec le bop pour point de départ, elle fait ses armes dans le répertoire classique contemporain avant de revenir de son île marquée par le maloya et les musiques de l’océan Indien. Elle s’imposera en Europe (prix de groupe au concours national de jazz à la Défense en 2007, nommée dans la catégorie Révélation instrumentale aux Victoires du jazz en 2011, elle signe sur l’exigeant label allemand ACT) avec son instrument fétiche, le baryton, qu’elle dégage de toute lourdeur avec élégance et efficacité.