Livraison repas© D. Jacquot / CD54

Collectivités des solidarités, les Départements sont en première ligne dans la crise sanitaire que nous traversons Dès le début du confinement, Mathieu Klein et les élus de l’assemblée départementale ont acté le plan de solidarité 54. Il cadre l’action du Département dans la gestion directe de la crise et dans le soutien apporté aux habitants.

« Notre action, résume le président, s’articule autour de deux grands axes. Le premier concerne la santé des professionnels qui sont en contacts directs avec les plus fragiles. Nous avons activé le plus vite possible nos réseaux pour commander 1 million de masques et assurer la diffusion de 200 000 autres fournis par l’ARS et la Région. Ces masques ont prioritairement été distribués aux structures d’aide à domicile pour les personnes âgées et les personnes handicapées qui ne pouvaient rester sans aide dans leur quotidien ».Les travailleurs sociaux du département ont aussi été équipés.

« Nous avons saisis le ministre de la santé afin d’obtenir l’agrément du laboratoire vétérinaire et alimentaire départemental pour réaliser les tests de dépistage du Covid-19, notamment dans les 74 EHPAD de Meurthe-et-Moselle pour les 10 000 résidents et personnels » souligne Audrey Normand, en charge de l’agriculture et de l’environnement. Un dispositif inédit mis sur pieds en quinze jours, en partenariat avec l’ARS et le CHRU de Nancy.

Sans attendre la fin du confinement, le conseil départemental a engagé l’étape d’après, avec l’opération « Un masque pour chaque Meurthe-et-Mosellan ».

L’enjeu : fabriquer localement et en un temps record des masques textiles, lavables et réutilisables, avec l’appui d’un artisan local – le fabricant de Jean’s Davy Dao – et le soutien des autres collectivités locales.

« Le second axe de notre engagement concerne l’appui aux personnes qui souffrent du confinement ou qui veulent apporter leur aide. La crise exacerbe les quotidiens de chacun. Nous sommes particulièrement attentifs par exemple aux questions de l’alimentation, des violences familiales ou de la situation des habitants précarisés auprès desquels nous menons tout un travail de proximité. Le versement des allocations, la simplification des procédures, le suivi des plans d’aide, les retours d’hospitalisation ou la protection de l’enfance, c’est un ensemble d’actions souvent invisibles mais pourtant essentiel pour ces personnes. » ajoute Mathieu Klein.

La plateforme numérique Place de l’engagement a été adaptée à la crise sanitaire. « Près de 400 associations et 420 bénévoles y sont sont inscrits, dont plus de 270 depuis la crise » note Antony Caps, vice-président en charge de l’éducation et de la citoyenneté. Actions proposées : soutien aux familles des résidents d’EHPAD, appels téléphoniques à des personnes isolées, soutien scolaire et animations pour les enfants en foyer d’accueil. 

Côté alimentation, les repas pris à la cantine et qui constituent bien souvent les seuls repas équilibrés de la semaine pour bon nombre d’élèves sont – de fait – suspendus en cette période de confinement. C’est la raison pour laquelle le Département a décidé de réouvrir 2 cantines de production, en s’appuyant sur une petite équipe d’agents volontaires, afin de confectionner et de livrer gratuitement des repas aux familles en situation de précarité alimentaire. C’est l’action « Paniers collégiens », expérimentée auprès de 200 familles pour 450 repas distribués quotidiennement.

Dans le domaine des risques de violence intra familiales, une plateforme d’écoute professionnelle a été mise en œuvre avec des associations spécialisées dans le recueil des appels. « L’objectif est de prévenir autant que possible les dégradations, quelles que soient les familles du fait du confinement » précise Agnès Marchand, vice-présidente en charge de l’enfance et de la famille. 

Enfin, le Département a d’ores et déjà annoncé la mise en place d’un fonds de soutien de 1 million d’€ à destination des acteurs économiques et associatifs qui vont souffrir des annulations d’événements ou des suspensions d’activités, et s’associe à la Région Grand Est et à la Banque des Territoires pour proposer un accompagnement des entreprises impactées par la crise sanitaire, en mobilisant 1,5 M€ pour des avances de trésorerie.