Et de trois ! En cet automne, arrive le troisième numéro de Court Circuit, cette revue locale et sans publicité, au croisement du grand reportage, de la littérature et des arts graphiques. Poursuivant son portrait contemporain de Metz et de ses environs, Court Circuit s’intéresse au sport, confirmant après avoir traité d’alimentation puis de solidarité son intention de traiter tous les sujets de société. Sport pour tous est le titre du tome 3. Car, même si un mook de cette ambition mise sur la soif de savoir et l’ouverture d’esprit de ses lecteurs, ce qui va sans dire va mieux en le disant : le sport traité façon Court Circuit s’adresse tout aussi bien aux passionnés qu’aux parfaits néophytes, aux pratiquants comme aux béotiens.

Et puisqu’il s’agit de décrire Metz, comment ne pas évoquer l’enquête consacrée à une véritable spécificité locale : la suprématie, en handball, des filles sur les garçons. Alors même que le hand masculin a compté deux clubs en même temps au sein de la meilleure division nationale, il y a quarante ans, ce sont les filles qui, aujourd’hui, dominent le sujet en France et rassemblent près de 4 000 supporters aux Arènes. Pourquoi, comment, depuis quand ? Rémi Alezine donne la parole à des héros du passé autant qu’aux joueurs de l’ombre d’aujourd’hui, dans un récit passionnant illustré avec brio par l’artiste messine Julia Richard.

Parieurs racontant leur addiction, timbrés de la course à pied, sculpteurs de leur propre corps : ce numéro donne aussi la parole à tous ces gens dont le sport, de près ou de loin, rythme le quotidien. Au Danemark, Court Circuit a retrouvé Catherine Marsal, championne du monde de cyclisme à dix-neuf ans et qui, trois décennies après, en couple avec une femme et mère de deux enfants, raconte une vie moderne et épanouie. Quelques exemples parmi une douzaine d’autres des récits qui font de Court Circuit, saison après saison, un rendez-vous riche et imprévisible. Déjà incontournable.