Le quartier de Nyvhan à copenhague, un grand classique avec ses maisons colorées (©DR)
Sophistiquée et pittoresque, la plus méridionale des villes scandinaves navigue sans cesse entre deux eaux. Souvent louangée pour sa douceur de vivre et sa tolérance, la capitale danoise dégage aussi une belle vitalité culturelle. Bienvenue sur une île où le vélo est roi et la tolérance une reine !

Copenhague ne se contente pas d‘être la capitale du Danemark, elle est aussi celle du vélo. Dans ce domaine, c’est la référence. Le deux-roues est d’ailleurs une sérieuse option pour visiter cette métropole écologique qui a beaucoup misé sur ce moyen de locomotion, tout comme les transports en commun et les aménagements pour les enfants, ce qui intéressera les familles de passage dans cette agglomération de taille humaine.

Que ce soit le temps d’un week-end ou pour un séjour prolongé, le visiteur sera vite séduit par le mélange de tradition et de modernité qui caractérise cette ancienne terre de vikings irriguée par de nombreux canaux et reliée à la Suède par un pont de 8 km, où une petite sirène est venue s’échouer en 1913. Côté pile, Copenhague se montre sereine et baladeuse à proximité de la mer Baltique, avec un assortiment de quartiers animés pour appâter le passant, dont Nyhavn, un grand classique avec ses maisons colorées, ou encore Vesterbro, devenu très branché après avoir été un endroit peu fréquentable. Il faut ajouter à cette liste la commune libre de Christiana, créée en 1971, une des attractions les plus improbables avec son caractère hippie et ses effluves de cannabis.

Côté face, la patrie de Lars von Trier se révèle pétillante, notamment sur le plan culturel. Dans son jeu de la séduction, des palais royaux, des théâtres et une ribambelle de galeries d’art, sans oublier les musées, dont celui dédié à l’histoire du pays, qui a récemment créé la polémique en décidant de supprimer le mot « nègre » de ses collections.

Son joyau architectural le plus récent, l’Opéra, inauguré en 2005 et qui fait face à la résidence royale d’Amalienborg, témoigne de la dualité de Copenhague, fière de son patrimoine sans renier son avenir. Son penchant pour le design contemporain en est la plus belle démonstration. Pour s’en convaincre, il suffira par exemple d’aller passer une nuit dans une des 61 chambres de l’insolite Hôtel Fox, relooké par 21 artistes de différents pays et horizons. Dans un tout autre genre, l’Hôtel Central mérite aussi une mention. Vous remonterez le temps dans son unique chambre au mobilier de bois ciré, offrant un grand confort dans seulement 12 mètres carrés !

La gastronomie est un des autres atouts de la capitale habituée aux adresses étoilées, dont le Noma, sacré plusieurs fois meilleur restaurant du monde par le réputé magazine spécialisé Restaurant, et qui doit fermer ses portes à la fin de cette année. Pour se remplir l’estomac, on peut bien sûr faire plus simple, et surtout plus économique – dans un pays, faut-il le rappeler, où la vie est plus chère qu’en France – en testant par exemple le fameux Smeurebreud (ou smorebrod), ce sandwich composé de tranches de pain de seigle et agrémenté de diverses garnitures. Le plus grand marché couvert de la ville, Torvehallerne, véritable caverne d’Ali Baba pour fins gourmets, est une autre option, de même que le Copenhaguen Street Food, qui exalte la cuisine de rue dans la zone portuaire.

Pour finir la visite en beauté, on vous conseille un détour par les Jardins de Tivoli. Un des plus vieux parcs d’attractions d’Europe (il a été ouvert en 1843), où les nombreux manèges côtoient d’autres événements comme des concerts. Un univers de conte de fée qui devient très romantique quand la nuit s’en empare. Ah, Copenhague…

UNE VILLE OBSÉDÉE PAR LE VÉLO

velo copenhague (©DR)S’il y a bien un endroit où les cyclistes sont choyés, c’est Copenhague. En 2015, la capitale danoise trônait au sommet du palmarès des meilleures villes cyclables de la planète, dressé par Copenhagenize Design (une compagnie spécialisée dans la culture du vélo), devant les Hollandaises Amsterdam et Utrecht. Dans cette agglomération de 600 000 habitants souvent citée pour sa qualité de vie, où les magasins consacrés à ce loisir sont légion, rien ne semble trop beau pour encourager sa pratique.

Les pistes sont partout. Dans la région, on compte 1 000 kilomètres de voies séparées et réservées aux amateurs, en plus des quelques centaines de kilomètres de voies tracées le long des rues.
L’an passé, on estimait à 45% les résidents de la région de Copenhague utilisant ce moyen de locomotion pour se rendre à l’école ou sur leur lieu de travail, et jusqu’à 63% pour la métropole ! Il faut dire que les férus de petite reine bénéficient de nombreux aménagements et infrastructures, à l’image de ces ponts et ce stationnement immense qui leur sont réservés, ou encore ces repose-pieds installés à certaines intersections. Bref, la ville semble avoir été pensée pour les cyclistes. Et en hiver, l’engouement ne s’essouffle pas, les pistes cyclables étant salées et déneigées avant les routes ! Quand on a dit ça, on a tout dit.

Et la France là-dedans ? Elle n’a pas à rougir puisqu’elle comptait 3 villes parmi les 10 premières selon l’index Copenhagenize, Strasbourg (4ème) devançant Nantes et Bordeaux, respectivement 7ème et 8ème.