© Droits réservés

Sébastien Hahn est le responsable du département achat du site Continental de Faulquemont. Trilingue, le manager travaille quotidiennement à l’échelon international. Explications…

Quel a été votre parcours professionnel avant de prendre la direction du département achat de Continental Faulquemont ?

À l’issue de ma licence professionnelle en process industriel, j’ai eu l’opportunité de travailler dans les achats et dans la qualité, dans le secteur automobile. De fil en aiguille, j’ai eu la chance de pouvoir évoluer et de me voir confier différents postes et missions. En 2014, lorsque le groupe Continental a racheté Emitec, entreprise pour laquelle je travaillais alors, j’ai été nommé « acheteur projets », métier que j’ai exercé pendant trois ans. Nouvelle étape, en début d’année, lorsque la direction a choisi de me confier la responsabilité du département achat, pour l’ensemble du site. Cela fait 15 ans maintenant que je travaille dans le secteur automobile et j’entends continuer de nombreuses années encore.

Quelles sont les missions de « votre » département ?

Il faut savoir que Continental Faulquemont n’est pas uniquement un site de production*. C’est également le centre de compétences sur notre segment de métier et il accueille, à ce titre, un département R&D. Nous assurons donc les achats indirects, comme le consommable, ainsi que les achats dits de « série » liés aux besoins de la production. Mais nous intervenons également en tant qu’acheteurs projets. Autrement dit, en lien direct avec la R&D, à partir d’un cahier des charges, nous avons pour mission de trouver et de sélectionner les fournisseurs avec lesquels nous allons travailler pour passer d’une innovation produit à son industrialisation. Le département achat compte 5 personnes.

Cette diversité de missions, c’est ce qui rend votre métier passionnant ?

Il est clair que, quotidiennement, je suis confronté à des problématiques diverses et variées. Il n’y a pas de routine. C’est à la fois enrichissant professionnellement mais aussi culturellement puisque, compte tenu du fait que nous sommes un pôle de compétences, je travaille en relation directe avec d’autres sites installés en Chine et en Roumanie, notamment. Dans nos bureaux, vous croisez d’ailleurs, régulièrement, des salariés de Continental arrivant de Chine, d’Inde ou du Portugal. Cette dimension internationale est très stimulante et passionnante.

Votre trajectoire professionnelle est ascendante au sein de Continental. Est-ce dans les habitudes du Groupe que de favoriser ainsi la montée en puissance de ses collaborateurs ?

Cela fait partie intégrante de l’ADN de Continental que de s’attacher à donner à l’ensemble de ses collaborateurs la possibilité d’évoluer dans leur carrière professionnelle. La culture du coaching est notamment très développée au sein du groupe. Personnellement, j’ai bénéficié, par exemple, d’une démarche de mentorat.  Pendant un an, j’ai régulièrement rencontré l’un des dirigeants de l’une de nos business units, qui m’a aiguillé et challengé pour m’aider à progresser. Il y a une volonté affirmée de faire émerger des talents pour les aider à s’épanouir et à franchir des étapes dans leur carrière.

Le site Continental de Faulquemont qui emploie 180 personnes est spécialisé dans la production de systèmes SCR visant à réduire les émissions d’oxyde d’azote des moteurs. 

 

www.continental-corporation.com/fr