J-C Servais © DR

Le parrain de l’édition 2018 du Festival BD est l’auteur belge Jean-Claude Servais. Pour cet auteur qui navigue entre Histoire et merveilleux, la région de la Gaume a constitué une source d’inspiration inépuisable.

Après Hermann et les univers rugueux de Jeremiah ou Sarajevo-Tango en 2017, c’est Jean-Claude Servais qui sera l’invité d’honneur et parrain de la seconde édition du Festival BD. Lui puise davantage dans les contes, le folklore, les environnements bucoliques et les puissances cachées d’une nature sauvage : c’est entouré des forêts et rivières des Ardennes belges que le dessinateur et scénariste se sent à son aise depuis plusieurs décennies. Pour l’écriture dans un chalet au fond des bois ou à sa table à dessin, à laquelle il s’attelle durant de longs mois après ses repérages, c’est son « pays », qu’il surnomme le Midi belge, qui aura souvent contribué à alimenter sa créativité.

Après des études à l’Institut Saint-Luc, l’école d’art liégoise, où il publie ses premières histoires dans des publications Dupuis telles que Spirou, Jean-Claude Servais crée avec Gérard Dewanne le personnage de Tendre Violette, qui fera sa renommée. Jeune villageoise aux mœurs dissolues et aux allures de sauvageonne, elle s’oppose à la société bien-pensante d’un village au début du XXe siècle. Au début des années 2000, après avoir publié notamment son cycle La Mémoire des arbres, l’auteur reprend le scénario de Tendre Violette tout en poursuivant son exploration du folklore belge avec La Tchalette ou encore Orval. Il se lance à la découverte d’autres régions avec son double-album Godefroid de Bouillon ou encore sa dernière série Les Routes de Compostelle, dont le quatrième et dernier tome est paru en 2016. Habile dessinateur, sa veine réaliste est toujours habitée par l’esprit du merveilleux, créant un subtil décalage au sein de ses histoires très documentées qui fait toute la singularité des mondes de Jean-Claude Servais.