Roman d’initiation, portrait d’une époque et d’une génération, c’est un peu tout cela que La compagnie d’Ulysse embrasse avec nostalgie et poésie la poursuite vaine de nos chimères. L’histoire se passe dans les années 60 et 70, du siècle dernier. Dans le Quartier latin, un jeune provincial, timide, tente de se bâtir une existence qui ressemblerait à ses rêves : vivre pleinement son époque, sa passion pour le théâtre et son goût immodéré de l’amitié.

Avec quelques amis comédiens improvisés, il décide de partir sur les traces d’Ulysse. Mais l’odyssée tourne court. A Paris, mai 68 fait rage et telle une tornade, balaie tout sur son passage, poussant le jeune rêveur à reposer les pieds sur terre… Toute cette histoire est écrite avec de la distance, énormément d’humour, et d’autodérision, aussi, puisque l’auteur a certainement mis beaucoup de lui dans le parcours de ce jeune Creusois.

Épris de liberté, Jean-Marie Chevrier (qui est également dentiste, les lecteurs du livre comprendront) est l’auteur de sept romans remarqués, parmi lesquels Une lointaine Arcadie (2011) Madame (2014), et Le dernier des Baptiste (2016), tous publiés aux éditions Albin Michel.