« Conseil en communication, relations publiques, créatrice d’idées et d’optimisme ». C’est ainsi que se présente Flavie Najean, la fondatrice de Flavie Najean Communication, une société vosgienne qui fête prochainement son 5ème anniversaire.

Flavie Najean (© DR)C’est à Nancy que Flavie Najean a vu le jour. Mais c’est à Épinal que cette vosgienne « mi-femme, mi-sapin » pour reprendre ses propres termes, vit et travaille depuis des années. Son attachement à la Lorraine est d’autant plus vif qu’elle a expérimenté le « grand dehors », notamment Londres où elle a travaillé plusieurs années, dans la construction de bâtiments de luxe. Flavie parle anglais mais également allemand. La communication, elle commence à s’y intéresser professionnellement dans les années 2000 quand le Conseil général des Vosges lui propose d’assurer la communication économique du département. « J’ai alors repris mes études pour me former au CELSA et décrocher ensuite à Nancy un Master 2 en communication d’entreprise » précise-t-elle. Son dynamisme, sa curiosité et son savoir-faire (le tout mâtiné d’une bonne dose d’humour) font des étincelles. Tant et si bien qu’en mars 2010, Flavie décide de créer sa boite de « com ». « Et depuis je m’éclate ! Je travaille pour de nombreux clients privés et publics. Mais j’aime aussi marcher dans la forêt, faire du vélo, lire, cuisiner pour mes amis et surtout, échanger avec les enfants. Quand je changerai de métier, je regarderai de ce côté-là » précise la communicante qui est aussi, maman de deux « chouettes » grands enfants.

LIGNE DE FAILLE de Nancy Huston « Un livre comme un cadeau »

« Mon livre préféré parmi les grands classiques, c’est assurément Madame Bovary de Gustave Flaubert, un ouvrage maintes fois relu depuis le lycée » souligne Flavie Najean. Mais quitte à n’en choisir qu’un, ce sera Ligne de faille de Nancy Huston.« C’est un roman magnifique que j’offre très souvent. Il raconte, à la première personne, l’histoire de quatre générations, à travers le récit de quatre enfants de 6 ans. L’intrigue est géniale, mais c’est surtout un livre sur la perception que les enfants ont de leur environnement, sur leur innocence (trahie), leur souffrance et leur humour. Et elle écrit tout particulièrement bien Nancy Huston ! Tiens, le simple fait de l’évoquer me donne l’envie de le relire, une fois encore ».

LES QUATRE CENTS COUPS de François Truffaut « Pour Jean-Pierre Léaud »

Sorti en 1959, Les quatre cents coups est le premier film du réalisateur François Truffaut qui signe également le scénario avec Marcel Moussy. Truffaut confiait y avoir mis une bonne dose de sa propre adolescence. Mais ce n’est pas pour lui que Flavie Najean a choisi ce grand classique. « Bon j’avoue, c’est parce que je craque sur Jean-Pierre Léaud, enfant. Il est incroyable cet acteur !  La scène chez la psy est inoubliable, mais aussi celle où tous les gamins se sauvent pendant que le prof de sport les emmène en cours de gym. Et enfin, la scène finale, où Antoine Doinel, poursuivi, court jusqu’à la mer, me bouleverse. La souffrance adolescente, les parents nuls, l’incarnation de l’autorité, tout ça me plait beaucoup » précise-t-elle.

LA NUIT JE MENS d’Alain Bashung « Sa musique et ses paroles me parlent »

Éclectiques sont les goûts de Flavie Najean en matière de musique. Elle confie être très jazz et musique baroque, mais elle aime aussi le rock, et tout particulièrement Alain Bashung Et comme il faut choisir un titre, alors va pour La nuit je mens. « C’est une chanson inspirée par le mensonge au moment de la collaboration, mais bon, on peut interpréter les paroles comme on veut. Bashung a un côté grand garçon mal fini qui souffre que j’apprécie. Sa musique et ses paroles me parlent. Cela dit, je préfère l’écouter, que de l’avoir comme compagnon ! » plaisante Flavie Najean. Au registre des coups de cœur musicaux, elle écoute actuellement beaucoup le titre Beirut d’Imbrahim Malouf. « C’est mon choix dans le registre musique sans parole ! » .