©  CD57

Dans les Maisons d’Enfants à Caractère Social du Département de la Moselle, la solidarité joue pleinement son rôle depuis le confinement lié au COVID-19. Les jeunes pensionnaires de ces établissements peuvent notamment compter sur le soutien de sportifs mosellans de haut niveau, qui ont multiplié les échanges en visio avec eux.

Il n’y a pas de fatalité. C’est peut-être le principal enseignement du COVID-19, qui a réussi l’exploit de rapprocher les gens tout en les éloignant. Dans bien des domaines, la solidarité s’est exprimée pour faire face à ce virus sournois, avec le renfort, non négligeable, des nouvelles technologies.

Dans les Maisons d’Enfants à Caractère Social (MECS) du Département de la Moselle, il a aussi fallu, comme partout ailleurs, parer au plus urgent et notamment trouver une parade à la distanciation physique et sociale engendrée par cette épidémie. Le Centre Départemental de l’Enfance, qui agit comme une plateforme de placement en urgence, a ainsi pu activer son réseau de partenaires associatifs, en particulier dans le domaine sportif. Depuis la mise en place du confinement, les enfants et ados de ces structures d’accueil ont la possibilité d’entrer en contact avec des sportifs mosellans, par le biais de la visioconférence. Selon le Département, la réaction ne s’est pas fait attendre parmi les athlètes. « Ils ont joué le jeu et de manière désintéressée. »

Le contraire aurait été étonnant. Car entre le Département de la Moselle – qui a déclaré l’enfance en danger grande cause départementale – et le monde du sport (des compétiteurs aux clubs, en passant par les comités départementaux), l’union n’est pas un vain mot. Elle s’exprime notamment depuis 2014 sous la bannière des Belles Rencontres (lire ci-dessous), un projet consacré à l’épanouissement à travers le sport des enfants et des jeunes placés sous la protection de l’aide sociale. Depuis son lancement, l’opération a débouché sur de nombreuses animations et moments de partage, que ce soit dans les enceintes de ces structures ou à l’extérieur. Elle a également permis le parrainage de la quasi-totalité des vingt MECS de la Moselle, mais aussi, entre autres, l’organisation de plus de 350 manifestations sportives. Quelques beaux projets ont par ailleurs émaillé cette aventure, comme le raid solidaire de la Fondation Saint-Jean à Dakar, avec le Messin Frank Festor, ou la visite du Castelet avec le pilote lorrain Joffrey De Narda.

La mise en place de contacts visio s’inscrit dans le prolongement de ces Belles Rencontres axées sur l’humain, et qui fait autant de bien aux jeunes qui en sont les destinataires qu’à ceux qui leur apportent du bonheur, lesquels ressortent souvent émus et grandis de ces entretiens. Il y a d’ailleurs fort à parier que le contexte tendu actuel n’aura fait que renforcer les liens qui les unissaient déjà.         

Pour visionner les messages adressés aux enfants par les parrains des MECS :
Liens sur Instagram :
Stéphane Molliens : https://www.instagram.com/p/B-msrH0naED/
Jeanne Lehair : https://www.instagram.com/p/B-pD2ZgBw9w/
Liens sur Facebook :
Canonniers
https://business.facebook.com/150892048280750/posts/2884155854954342/
FC Metz
https://business.facebook.com/watch/?v=499329404096852
Pauline Lett
https://business.facebook.com/watch/?v=204818364289996​

Les Belles Rencontres

Les contacts visio, mis en place entre les Maisons d’Enfants à Caractère Social (MECS) et les sportifs de haut niveau, font écho à une initiative lancée par le Conseil Départemental de la Moselle en 2014, sous l’impulsion de son président Patrick Weiten. Baptisé Les Belles Rencontres, ce projet avait reçu un accueil très favorable dans l’ensemble du milieu sportif. Outre le parrainage des différentes structures d’accueil, de nombreuses animations ou rencontres avaient vu le jour avec des sportifs emblématiques du département. Une véritable bouffée d’oxygène pour les jeunes pensionnaires de ces établissements, qui trouvaient là une belle occasion de s’échapper de leur quotidien tout en puisant une énergie positive auprès de personnalités inspirantes. Lors de leur première année, Les Belles Rencontres avaient permis à quelque 2 000 enfants et adolescents fragilisés de partager des moments forts avec des sportifs, notamment à travers des repas pris en commun au sein des MECS. Ils avaient aussi été invités à des compétitions ou de grands événements sportifs.