Breaking news
  • No posts where found

Scène

Les possibilités d’une île

Le batteur lorrain Jean-Marc Robin (photo : La Passion de Félicité Barette © Elisabeth Carecchio) prend ses quartiers au Gueulard Plus de Nilvange pour Réunion, premier projet sous son nom depuis Dwo en 2014. C’est d’ailleurs lors de la réalisation de ce dernier que germe l’idée de Réunion : la rencontre avec le chanteur réunionnais Fabrice Legros pour la création du titre Lao donnera envie à Jean-Marc Robin de poursuivre son exploration

Revivre son passé

Avec sa dernière création Réversible, la compagnie montréalaise Les 7 Doigts poursuit son travail chorégraphique entre danse, théâtre et arts du cirque, avec une narration à échelle humaine toujours axée sur les expériences des interprètes. (Photo : © DR) Ici, chacun a effectué des recherches sur le passé de ses aïeux, incarnant tour à tour sur scène leurs ancêtres et eux-mêmes, transformés par cette connaissance accrue d’eux-mêmes acquise grâce à

Envie de variété

Juliette Armanet est la digne héritière des chanteurs et paroliers français des années 70 et 80 : comme la fille cachée de Véronique Sanson et Michel Berger, elle assume un classicisme pop que l’on retrouve aussi bien dans les sonorités rétro que dans les textes de ses chansons ou dans ses clips. Remportant le tremplin Inrocks Lab en 2014, elle sort son premier album Petite amie en 2017. Le magazine parisien qualifie

Commando du rire

Véritable institution du stand-up en France, le Jamel Comedy club créé par l’humoriste Jamel Debbouze a révélé de nombreux jeunes talents, que l’on retrouvera en tournée en décembre à la Rockhal. (Photo : © DR) Probablement le collectif d’humoristes le plus dynamique et le plus célèbre de l’Hexagone, le Jamel comedy club est aussi un précurseur en la matière. En 2006, c’est d’abord sur le concept d’une émission télévisée diffusée

Icône en scène

La passion de Félicité Barette (Photo : © Elizabeth Carecchio) Après Ainsi se laissa-t-il vivre, tiré de la vie et de l’œuvre du poète Robert Walser, le metteur en scène Guillaume Delaveau adapte pour la scène Trois contes de Gustave Flaubert. D’après Un Cœur simple, qui narre l’existence faite de dévotion totale, de solitude et de (dés)illusions de la servante Félicité Barette, il inscrit en surimpression les deux autres récits

Un centenaire explosif

Le Club Saint-Lambert rend hommage au jazz (Photo : © DR) C’est en 1917 que l’Original Dixieland Jass band grave sur vinyle les premiers morceaux de jazz jamais enregistrés. Un siècle plus tard, le spectacle Le Jazz a 100 ans ! propose une rétrospective de ce mouvement majeur qui a traversé les âges en se transformant, du Charleston à Miles Davis en passant par l’ère du swing. Suite au succès d’un premier

Onde de choc

Le festival de musique contemporaine Rainy Days, du 6 au 19 novembre, permettra notamment de voir à l’œuvre le saxophoniste allemand Peter Brötzmann. Un as de l’impro au jeu énergique ! (Photo : Klaus Rudolph) Si vous ne croyez pas aux extraterrestres, vous pourriez changer d’avis le 18 novembre dans l’Espace Découverte de la Philharmonie Luxembourg. Accompagné de la guitariste américaine Heather Leigh, le saxophoniste allemand Peter Brötzmann (qui joue aussi de

Sorcellerie sonore

William Z. Villain est un véritable sorcier rompu aux magies de tous les continents. (Photo : © Mary Stephan) Sa musique, qui a retourné le monde du blues à la sortie de son premier album éponyme en début d’année, mêle racines américaines, tempos afro-cubains, influences latino et méditerranéennes : le son de Benjamin Bill, de son vrai nom, est un sortilège changeant. L’étrangeté plane en continu au fil de ses ballades sous

What else ?

Le festival La Cafetière sans filtre, organisé par la MJC du Verdunois, dispersera les bonnes ondes des musiques actuelles et du spectacle vivant sur tout le territoire. (Photo : © Aït Belkacem) Au programme, le rock sixties de Sallie Ford et Mustang à la Salle Jeanne d’Arc à Verdun, le spectacle de marionnettes Les Intimités de l’homme-orchestre et la performance circassienne Ensemble, de la compagnie Jupon, à la Bibliothèque de

Quête primordiale

La compagnie Via verde nous propose avec L’Enfant perdu un théâtre de marionnettes comme une exploration du territoire de l’enfance, où cinq humains sont associés à cinq « presqu’humains ». La relation entre parents et enfants est ici illustrée par le lien entre les comédiens et leurs marionnettes, entre bienveillance et manipulation. Cette série de confrontations sensibles interroge le parcours complexe qui doit mener « l’enfant perdu » sur les chemins d’une humanité à