Politique

CONTRE EXTRÊME

© Marc Olenine / Autoportrait Les idées du Front national (devenu Rassemblement national) sont au cœur du combat mené par Marc Olenine à Hayange, depuis que le parti de Marine Le Pen s’est emparé de cette municipalité du nord de la Moselle en 2014. Que ce soit au sein du collectif d’opposition Hayange en résistance ou à titre personnel, ce fils de la vallée de la Fensch milite pour le vivre-ensemble.

NOUVEAU CONTRAT SOCIAL

© Droits réservés Laurent Fabius le disait en son temps (celui de l’ancien monde) en parlant du Front National : ce parti pose les bonnes questions, mais donne les mauvaises réponses. La formule vaut-elle aujourd’hui pour le Président de la République française ? Car force est de reconnaître qu’il ose toutes les questions, des moins contestables aux plus tabous, affichant par là sa volonté de bousculer la société jusqu’au plus profond de son

DE L’OMBRE À LA LUMIÈRE

© MA Villers-lès -Nancy Gamin, il voulait être « Björn Borg, ou plutôt Stan Smith ». Dans le sport de haut-niveau, François Werner a finalement opté pour une discipline collective : la politique. Passé par la case « homme de l’ombre », il est aujourd’hui vice-Président de la Région Grand-Est et de la Métropole du Grand Nancy et maire de Villers-lès-Nancy. On ne saisit pas complètement François Werner si l’on passe outre son goût de l’ombre. De toute évidence

« JE PARLE COMME LES GENS »

© Manuel Jan Députée de la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle depuis bientôt un an, seule élue France Insoumise (FI) du Grand Est, Caroline Fiat est décrite comme « une tête dure ». Au sein d’un groupe parlementaire qui collectionne les grandes gueules – Mélenchon, Ruffin, Corbière… – l’aide-soignante a réussi à se frayer un chemin, se faire un nom et la réputation de « députée des petites gens ». La vie politique tient à peu

Réforme de la justice : La Moselle dit non !

© L. Bertau À l’initiative de Patrick Weiten, Président du Conseil départemental de la Moselle, les 23 présidents des communautés d’agglomération et des communautés de communes mosellanes ont écrit à Emmanuel Macron afin de peser sur la nouvelle carte judiciaire qui se dessine, dans le cadre de la réforme de la justice. Inquiets des conséquences qu’aura la réorganisation qui se dessine (en termes d’accès à la justice, et de sa « déshumanisation »),

Grand Nancy : Rossinot s’engage sur le tram

«Comme je l’ai déjà fait devant le maire de Vandœuvre-lès-Nancy, je prends ici l’engagement de faire monter le futur tram sur le plateau de Brabois, sans rupture de charge. Il faut passer à une desserte moderne et performante des campus des sciences, des laboratoires de recherche, du CHRU… J’assume totalement ma responsabilité pour en définir le cadre », a déclaré André Rossinot, le président de la métropole du Grand Nancy,

Brahim Hammouche « s’abstient »

Comme 13 autres parlementaires issus de la majorité parlementaire, le député de Thionville Ouest, Brahim Hammouche a pris la décision de ne pas voter sur le projet de loi d’Asile et Immigration. Un choix de s’abstenir lié au fait que le texte, en l’état, manque de sensibilité « humaniste ». C’est en tout cas le sentiment que donnent ses interventions à l’Assemblée, relatées dans la presse. Cela dit, si la petite équipe

Agriculture : Rottner s’émeut

1,1 milliard d’euros. C’est le montant annoncé par le gouvernement pour développer l’agriculture bio, dans les 5 ans à venir. Objectif : faire passer de 6,5 % à 15 % la surface agricole cultivée en bio. Pour financer cette ambition, le gouvernement a, notamment, opéré un transfert dans les aides de la PAC (Politique Agricole Commune). Pour faire court, 4,2 % ont été prélevés dans l’enveloppe du premier pilier (les aides à la production) pour être

A 31 bis : La Région prend le volant

Sur le dossier A 31 bis, la Région se propose d’être maître d’ouvrage. Cela ne règle pas tous les problèmes mais peut permettre d’avancer plus vite. Le dossier de l’A31 bis avance, au pas, depuis des années. Et durant de longues périodes, il est comme l’automobiliste frontalier qui se rend au Luxembourg, au petit matin, à l’arrêt. Alors quand la Région, en la personne de son président Jean Rottner, se propose

L’ALSACE DOIT-ELLE QUITTER LE GRAND EST ?

Jugé inutile et dépassé par les uns, vital et garant d’avenir pour les autres, le débat sur la sortie de l’Alsace, rallumé par un sondage, permet en tout cas de dessiner un beau portrait de la France. Merveilleux voyage. On aborde ce débat comme on visite la France, son image, ses mythes, son histoire, ses rites politiques, sa géographie complexe, son unité bousculée – davantage dernier rempart qu’instrument de développement –