Musique

Une légende, trois prodiges

Stanley Clarke © Raj Naik À la basse électrique ou acoustique, Stanley Clarke s’est imposé un peu partout depuis quarante ans, récompensé tous azimuts avec notamment quatre Grammy awards. L’homme a multiplié les collaborations entre jazz et rock auprès de Quincy Jones, Stan Getz, Art Blakey, Paul McCartney, Jeff Beck, Chick Corea, Aretha Franklin ou encore Stevie Wonder. Il est l’un des rares leaders jouant de cet instrument et milite pour

Ella à Metz

PCA©DR Nouvelle alliance de la scène jazz messine avec un éminent trio associé à l’une des plus belles voix de l’Hexagone : en 2015, Pierre Cocq-Amman, le saxophoniste vu l’an dernier au Marly jazz avec C-Melody, a emmené le batteur Jean-Marc Robin et l’organiste Benoît Sourisse à la rencontre de la chanteuse Valérie Graschaire pour le projet Tribute to Ella. Après son album Once upon a town avec Frank Agulhon et Jean-Yves

Euphorie sur Marly

Julien Petit © PatrickKOPP Le saxophoniste messin Julien Petit, musicien multicéphale et passionné, n’aime rien tant que multiplier les projets, s’acoquiner avec moult musiciens aux sensibilités diverses, mélanger les influences, distillant toujours dans son jeu un dynamisme et un enthousiasme réjouissants. Son dernier projet en date, Rue Mazelle, applique le même esprit aux côtés du guitariste manouche Pipiss Haag, au jeu imparable, s’associant à merveille à la contrebasse de Mathieu

Toutes les cordes à son arc

john-scofield-©philippe-levy-stabv John Scofield est incontestablement l’un de ceux qui aura le plus emmené la guitare jazz à travers toutes les dimensions, avec un goût particulier pour la fusion. Dans les années 70, il fait ses armes avec Chet Baker, Gharles Mingus ou encore Dave Liebman. Lui qui développe, en bon fan de Jimi Hendrix, le rapprochement des scènes rock et jazz rencontre Miles Davis dans les années 80 : une collaboration qui

Traversée des mondes

EDA ©DR La chanteuse et contrebassiste franco-colombienne Éléonore Diaz-Arbelaez a choisi de ne pas choisir : influences urbaines teintées d’électronique et musique traditionnelle colombienne se marient sur le premier album de son groupe ËDA, où elle s’associe au guitariste Anthony Winzenrieth, issu de la pop et du jazz et à la percussionniste Natascha Rogers, inspirée par la musique afro-cubaine, la rumba comme le jazz. Une alliance heureuse tout en subtilité et en

La carte glam

Marion Chrétien, Lisa Caldognetto et Claudine Pauly mettent tout leur amour du jazz dans un trio où la voix est tout, ou presque. Peu d’écriture, beaucoup de feeling : même les parties de basse sont faites à la bouche avant que le contrebassiste Jérémy Bruyère ne vienne repiquer sa partie sur des chants tressés, entremêlés qui nous clouent sur place dès les premières secondes. Il est seul aux commandes d’une partie instrumentale

La voix de la Louisiane

Hugh Coltman © Droits Résevés Avec Who’s happy ?, son dernier projet enregistré à la Nouvelle-Orléans, le chanteur Hugh Coltman renoue avec l’écriture tout en se gorgeant des couleurs et des musiques de The Big Easy. Après deux albums sous son nom, Hugh Coltman a enchaîné les hommages avec Shadows, disque autour de Nat King Cole qui l’a consacré « Voix de l’année » lors des Victoires du Jazz 2017, avant de participer

Mael6tematik : Vitalité collective

MAEL© Droits réservés Avec sa musique entre reggae et hip-hop, par l’organisation d’événements et une solidarité affirmée avec la scène locale, Mael diffuse les bonnes vibrations à Sarrebourg. Il a débuté guitare à la main en chantant des reprises dans les bars entre Strasbourg et Nancy ; aujourd’hui il multiplie les initiatives à Sarrebourg et dans toute la région, jusqu’en Belgique. Son parcours artistique, Mael l’a effectué en déroulant la bobine de ses premières

CORDES & ÂME

La nouvelle de la disparition brutale de Didier Lockwood, dans sa 63ème année, dimanche 18 février, a fait l’effet d’un coup de tonnerre dans un ciel d’été. En un instant la voûte céleste s’est assombrie, avant de s’effondrer sur elle-même, emportée par le poids du chagrin partagé et des larmes versées. Depuis lors, la planète musicale est en deuil d’un des artistes les plus doués de sa génération. Stéphane Grappelli, qui

La part de l’homme

Entre salles de concerts et théâtres, Emanuel Bémer façonne sa chanson au service d’une perpétuelle quête de sens. Avec Je est une autre, il livre un album assorti d’un spectacle musical sur la condition féminine, où sa poésie percutante constitue un vibrant appel à l’éveil des consciences. Le dernier projet d’Emanuel Bémer voit le jour dans un contexte que l’on peut juger ou non favorable : l’actualité peut aussi bien mettre en lumière qu’éclipser