Breaking news

Livre

À livres rouverts

© 123RF Comme les autres, la filière du livre a souffert du confinement. Mais lire est aussi un remède à la crise : à mesure que la vie reprend, les libraires voient même arriver de nouveaux lecteurs. Reste à se réinventer pour que leur activité continue à favoriser l’échange et la rencontre au temps des barrières antivirus. Lundi 16 mars, un peu après 20 heures. Alors que, sans prononcer le

Barrès en mieux

© Illustration : Philippe Lorin Aux Messins, Maurice Barrès a offert Colette Baudoche. Aux Lorrains, son successeur à l’Académie Française, Louis Bertrand, a laissé Mademoiselle de Jessincourt. C’est de Briey dont il est question, de Metz aussi, et de la vie ici sous le Second Empire, jusqu’au désastre de 1870. Ne passez pas à côté de Louis Bertrand ! L’école Maurice-Barrès, tout le monde voit à peu près. Barrès comme

Tragédie-sur-mer

© DR La journaliste Inès Léraud, qui enquête depuis des années sur les maladies environnementales et l’industrie agro-alimentaire, s’est associée au dessinateur Pierre Van Hove et à la Revue Dessinée pour publier en 2019 Algues vertes, qui revient sur les drames et les dissimulations liées à la pollution des plages bretonnes. Inès Léraud est devenue journaliste suite aux soucis de santé rencontrés par sa mère, dus à un empoisonnement au

Des morts très vivants

© Sabine Wespieser/ Droits réservés Robert Seethaler (Le Tabac Tresniek, Une vie entière) signe avec Le Champ le portrait d’une petite ville en faisant parler les habitants du cimetière. Habile, drôle et émouvant. Natif de Vienne, la capitale autrichienne, Robert Seethaler vit à Berlin, la capitale allemande. Cette géographie personnelle a-t-elle contribué à faire de lui un écrivain majuscule ? Grâce à Sabine Wespieser éditeur, une maison qui a le

Liens éternels

Sous la forme d’un guide, L’Italia del Père-Lachaise (éditions Laborintus) raconte la vie d’Italiens de France rassemblés pour la postérité dans le célèbre cimetière parisien. Quel est le point commun entre Maria Callas, Modigliani, Zavatta, Montand (Ivo Levi), Grapelli, Moustaki ? Italiens de nationalité ou d’origine, artistes, ils ont fini leur vie à Paris ou en région parisienne et possèdent leur sépulture au cimetière du Père-Lachaise. Parmi une cinquantaine d’autres,

L’enfer en couleurs

Un Printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage est probablement l’album le plus troublant du reporter-dessinateur. On ressort de sa lecture émerveillé par les contrastes inattendus d’un coin de campagne bouleversé par les marques d’un mal invisible. Chez Futuropolis. La diffusion il y a tout juste un an de la magistrale mini-série Chernobyl, produite par HBO, a rappelé au plus grand nombre les origines de l’une des plus grandes catastrophes du XXe

Leur nature colonisée

Futuropolis en association avec la revue XXI publie Payer la terre, le dernier reportage de Joe Sacco, le maître américain de la BD documentaire. Une plongée en profondeur dans le Grand Nord canadien aux côtés d’autochtones défendant leur culture et leurs terres. Joe Sacco s’est fait connaître par ses reportages dans les territoires palestiniens (Palestine, Gaza 1956) ou à Sarajevo (The Fixer). Avec Payer la terre, c’est à une guerre

Metz en noir

© Pierre Hanot / Droits réservés Avec Aux Vagabonds l’immensité, Pierre Hanot nous replonge dans la Metz « triste et noire » de 1961, au cœur d’un drame qui ne l’est pas moins : la Nuit des paras, représailles sanglantes de militaires contre la population maghrébine. Entre FLN, vétérans et anonymes, la rage met les espoirs à terre dans ce roman percutant, à la fois rude et romantique. Le 23 juillet 1961 à

Le prix du pouvoir

Sarkozy/Kadhafi, réalisé par un collectif de journalistes et le dessinateur Thierry Chavant pour la Revue dessinée, est le récit de la collusion puis de la guerre entre un président français et un dictateur. Troussé comme un polar, basé sur des faits sidérants. Derrière le face-à-face de la couverture et du titre de Sarkozy/Kadhafi, une multitude de visages se dévoile : intermédiaires véreux, ministres, industriels de l’énergie et de l’armement, figures sombres du

L’imaginaire en balade

Viviane Rédarès © DR Après un parcours de vie marqué par les voyages et les rencontres, dont une étape en Meuse, Viviane Rédarès se consacre désormais à l’écriture de contes pour enfants. Des récits proches de la nature, espiègles et pleins de vie, à l’image de leur auteure. Nous sommes en mai et il neige près du Puy-en-Velay ; les Saints de glaces déposent « une  poudre merveilleuse » sur les terres