Dans Carnet de santé foireuse, son auteur Pozla retrace le marathon hospitalier qui a mis son corps, touché par la maladie de Crohn, à rude épreuve. Une thérapie parallèle où la dérision est omniprésente. Chez Delcourt.

La confrontation avec la maladie est un thème fréquent en bande-dessinée, qui a donné naissance à quelques albums remarquables tels que L’Ascension du Haut Mal de David B., Monsters de Ken Dahl ou encore, plus récemment, Quand vous pensiez que j’étais mort de Matthieu Blanchin. Avec Carnet de santé foireuse, l’ennemi, c’est la maladie de Crohn, une inflammation des intestins dont l’auteur est atteint de la forme la plus grave. Des prémisses de la maladie jusqu’à son diagnostic, puis le long combat qui suivra pour remettre son corps en place après l’opération, Pozla n’occulte rien, évoquant la douleur, les interrogations, les fausses pistes et les erreurs médicales, les espoirs et une vie de famille entre parenthèses. L’auteur appose sa patte : un graphisme vif et expressif, capable de s’emballer au gré de son état de santé, et surtout, un humour décapant. Les castes de médecins, représentés en prêtres encapuchonnés au savoir mystérieux et aux desseins parfois obscurs, ou les corbeaux perchés face à l’hôpital qui nous éclairent sur les aspects médicaux, schémas à l’appui, constituent quelques jolies trouvailles. La dégradation du corps, la représentation de la souffrance physique et psychique est une réussite totale, volontiers troublante, à grands renforts d’organes torturés, cerveau compris. Au fil de ce parcours du combattant, mené aux côtés de sa femme et de sa fille qui vient de naître, Pozla parvient à susciter l’émotion et à retranscrire sa détresse avec le même talent dont il fait preuve pour nous faire rire, au gré des espoirs, des améliorations comme des périodes les plus sombres de la maladie. Ce Carnet de santé foireuse, qui fut pour l’auteur une véritable thérapie, constitue le récit très fort d’une épreuve dont Pozla est parvenu à faire une grande aventure, délirante et poignante à la fois.