(© 123RF)
Après les agressions sexuelles et les vols en réunion lors de la Saint Sylvestre à Cologne et dans d’autres grandes villes d’Allemagne, les mesures de sécurité ont été renforcées pour la période du carnaval.

Nos voisins outre Rhin la surnomment « la cinquième saison de l’année » :  la période du carnaval est une vraie institution dans le sud-ouest de l’Allemagne. Si Cologne est mondialement connue comme bastion des carnavaliers, la Sarre et surtout la Rhénanie-Palatinat sont loin d’être en reste avec en tout plus d’une centaine de manifestations attirant des milliers de fêtards costumés. Environ 500 000 personnes se rendent chaque année au fameux défilé du Rosenmontag à Mayence. Même si l’ensemble des bals, défilés et autres rassemblements a été maintenu, les attentats de Paris en novembre dernier et surtout les agressions sexuelles lors du Réveillon du Nouvel An à Cologne ont semé le doute dans l’esprit de certains participants. Afin de garantir la meilleure sécurité possible, les forces de police de Rhénanie-Palatinat ont renforcé leur dispositif de surveillance. Les agents qui patrouilleront seront par exemple équipés de caméras et leur nombre a été augmenté à cette occasion. Des groupes d’intervention mobile seront également présents en renfort et patrouilleront aussi dans les gares de Rhénanie-Palatinat pour détecter des groupes de personnes agressives ou en état d’ébriété susceptibles de commettre des troubles à l’ordre public. Les autorités misent aussi sur la prévention. Elles ont mis en place une campagne de sensibilisation qui a eu lieu dans les hébergements pour demandeurs d’asile afin de leur expliquer la signification du carnaval et les rites qui font partie de cette tradition. Une manière de prévenir tous débordements qui pourraient être dus à une incompréhension interculturelle. Dans un contexte de forte tension, les forces de sécurité redoutent également des mouvements de foule. Concernant les déguisements des participants au carnaval, la police a émis des recommandations et prié d’éviter les costumes avec des armes factices qui pourraient déclencher une certaine panique. Malgré ce regain de tension, la majorité des Allemands ne souhaite pas renoncer aux festivités du carnaval et compte bien en profiter.