Initié, il y a un an, le projet de recherche collaborative CARE EQUIPMENT TECHNOLOGY a permis l’élaboration de trois innovations dans le domaine de la santé. La prochaine étape est d’expérimenter ces solutions à l’échelle d’un territoire avant de créer une entreprise et des emplois dans le Grand Est. Les explications de Nidhal Rezg, professeur des Universités et pilote du projet. 

Qui porte le projet CARE EQUIPMENT TECHNOLOGY ?

CARE EQUIPMENT TECHNOLOGY a vu le jour dans les semaines qui ont suivi le début de la pandémie avec pour objectif de développer des solutions innovantes dans le domaine de la santé. C’est un projet de recherche collaborative qui réunit des laboratoires de recherche et une entreprise innovante, du Grand Est : le laboratoire de génie informatique, de production et de maintenance (LGIPM) et l’UPS DITEX (Digital Industry Tools Experts) de l’Université Lorraine (Metz) et la société mosellane TECH-3D dirigée par Freddy Haggen.

Sur quelles innovations travaillez-vous, concrètement ? 

Compte tenu de l’actualité sanitaire, nous avons développé deux innovations destinées à mieux lutter contre la Convid-19. La première, c’est la mise au point d’un respirateur duplicable par impression 3D. Fiable et bénéficiant d’un système innovant de pistons, avec 3 modes de fonctionnement, il a également pour atout d’être très abordable en termes de coût. Sa fabrication s’élève à 180 € alors qu’un respirateur industriel peut coûter jusqu’à 4 000 €. Ce respirateur peut aussi, facilement se transformer en un dispositif opérant dans le domaine du traitement de l’apnée du sommeil. Nous venons de déposer un brevet pour cette innovation. La seconde innovation s’inscrit davantage dans la phase post-Covid-19 avec lequel nous allons devoir vivre. Il s’agit d’un robot désinfecteur et d’une chaine logistique circulaire de désinfection des masques avec une application d’alerte, capables d’assurer, également, la désinfection de locaux, tant de l’air ambiant que des surfaces.En plus de ces deux innovations qui sont opérationnelles, nous travaillons également à la mise au point d’une technologie qui s’adresse aux personnels de santé.  

De quoi s’agit-il plus précisément ? 

En mettant à profit des technologies de réalité mixte et augmenté, l’ambition est de déployer des guides holographiques qui permettent aux professionnels de santé de se former à des techniques, dans le cadre d’un apprentissage autonome. Ces apprentissages peuvent, par exemple, concerner des techniques liées à la ponction lombaire, à la pose de sonde nasogastrique ou bien encore à la ventilation non-invasive, ce que les spécialistes du traitement de la COVID-19 préconisent aujourd’hui pour éviter l’intubation de certains patients. 

Le projet CARE EQUIPMENT TECHNOLOGY poursuit-il, aussi, des ambitions sur le plan économique ? 

Nous nous inscrivons dans une dynamique globale de lutte contre le virus mais sommes désireux, aussi, de participer activement aux enjeux sociaux, économiques et territoriaux du plan de relance de la région. C’est dans le Grand Est que nous voulons participer à créer de la richesse. Donc oui, au-delà de son intérêt sur le plan sanitaire, le projet CARE EQUIPMENT TECHNOLOGY s’accompagne d’un volet économique. La finalité est de créer un spin-off afin de développer et de déployer ces équipements et solutions de santé, dans le cadre d’une approche territoriale collaborative.

Avez-vous déjà identifié des partenaires susceptibles de vous accompagner ? 

Nous sommes déjà soutenus et aidés par la Région avec la banque BPI, via le dispositif de la recherche collaborative laboratoire/entreprise, le Département de la Moselle, Metz Métropole, l’Université de Lorraine ou bien encore le C2IME (Commissariat d’Investissement à l’Innovation et à la Mobilisation Économique). Nous cherchons désormais à nous rapprocher d’un territoire qui va nous permettre d’enclencher une phase d’expérimentation de nos différents prototypes, à plus grande échelle. Compte tenu de ses spécificités, le Saulnois est le territoire idoine compte tenu de la présence de l’ASBL Saulnois innovation et de son collectif d’acteurs : collectivités territoriales, organismes et professionnels de santé, associations…. 

Vous envisagez de créer des emplois ? 

Nous tablons sur la création de 4 à 6 emplois, dans un premier temps. À plus long terme, tout est envisageable. Il faut bien comprendre que ces trois innovations ont des impacts sur la santé mais également dans des domaines comme la protection de l’environnement et le bien-être des Hommes. Elles répondent donc à des besoins à la fois multiples et durables. Et les marchés sont également nombreux. Par exemple, notre innovation dans le domaine de la désinfection des sols et des masques et la purification de l’air, s’adresse tant aux EHPAD, qu’aux établissements scolaires, aux hôpitaux, aux entreprises, aux espaces polyvalents et de spectacle… Enfin, le rayonnement de CARE EQUIPMENT TECHNOLOGY est international. Une collaboration avec le Mexique est déjà engagée et une autre avec les Comores, vient tout juste de débuter.

Propos recueillis par Fabrice Barbian

Care Equipment Technology

care-equipment-technology.com