© 123RF

De nombreux cafetiers et restaurateurs du Grand Est sont dans le rouge en ce qui concerne leur situation financière. À la mi-mai, aucune date de réouverture n’était encore précisée.

Début mai, l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie de la Moselle (UMIH) a tiré la sonnette d’alarme car de nombreux cafés et restaurants pourraient définitivement fermer leurs portes à cause de la crise du coronavirus. Une enquête menée auprès d’un échantillon de 150 établissements révèle que « 45 % » d’entre eux n’auraient pas la trésorerie suffisante pour affronter la crise. 39 % pensent tenir moins de deux mois, et 42 % moins de 4 mois. Seulement 20 % semblent un peu plus sereins, et estiment pouvoir passer la crise si elle dure 6 mois et plus. Compte tenu des difficultés et des nombreuses incertitudes (date de réouverture des bars et restaurants, qualité de la saison estivale…) l’UMIH réclame des mesures fortes. Les communes y travaillent. La ville de Metz et Metz Métropole, par exemple, ont évoqué des pistes : création d’une carte des restaurateurs offrant des services de livraison, des animations spécifiques pour les prochains week-ends à venir, élargissement des terrasses et suppressions des redevances… Des évolutions nécessaires mais insuffisantes. À l’échelon national, des avancées dans le bon sens ont également été saluées par les professionnels (exonération complète des charges sociales, patronales et fiscales, de mars à juin 2020, prolongation de l’indemnisation de l’activité partielle jusqu’à la fin de l’année 2020). Mais pour l’UMIH, il faut faire plus encore. L’Union plaide, entre autres, pour une exonération totale des charges, la prise en charge des pertes d’exploitation par les assureurs ou bien encore l’annulation des loyers pour les entreprises du secteur pour une durée de six mois. Pour rappel, à la mi-mai, la réouverture des cafés et des restaurants en zone verte était envisagée le 2 juin. Pour ceux situés en zone rouge et qui ouvriront dès lors plus tardivement, aucune date n’était alors encore précisée.