© Sandy Manancourt

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Le dicton s’applique notamment à Quentin Decornet. Ce natif des Vosges installé à Metz a fondé en 2015 la brasserie artisanale Bon Poison, après avoir suivi des cours par correspondance à l’Institut de brasserie et de distillerie basé à Londres. Aujourd’hui, sa petite entreprise a atteint une vitesse de croisière plutôt sympathique, avec 100 000 litres de cervoise sortis de ses brassins en 2018. Cette bière 100% messine, qui se décline en 8 variétés, dont 5 permanentes, s’exporte à travers la France (mais aussi au Luxembourg) avec l’appui d’un distributeur indépendant. Il n’est pas rare de voir quelques amateurs de mousse repartir avec un carton sous le bras du local situé rue du XXe Corps Américain à Metz, où la microbrasserie concentre une partie de sa production, le reste étant fourni par une seconde enseigne basée à Marly, dans la zone artisanale. A plus ou moins long terme, Quentin Decornet aimerait aussi investir le marché anglais et belge, en se préservant de toute ambition démesurée. L’indépendance restera la marque de fabrique de cette société de 4 salariés, dont son frère Florent, attelé au graphisme et à la communication, qui mise aussi sur les produits dérivés (tee-shirts, verres, affiches…) pour séduire sa clientèle. Le petit plus qui fait aussi la différence.

www.bonpoison.com