Rodney Smith, vétéran du hip-hop britannique, semblait depuis quelques années se chercher quelque peu, sans véritablement convaincre et retrouver la densité et le punch d’un Run come save me, classique instantané des années 2000. Après avoir décliné dans ses derniers albums sa vision d’un hip-hop en évolution constante, alimenté par le ragga et le dub, il propose avec Bleeds un peu plus qu’un prototype : en bon sage de la rue, le vieux loup a su intégrer à son jeu les expériences passés et les entourer d’un son massif et profond. Voici un album (enfin) efficace et mordant, prouvant que les crocs de Roots Manuva sont toujours affûtés.