Culte, ce film de science-fiction l’est assurément, mais le chemin aura été long avant d’y parvenir ! Bide à sa sortie en 1982 (on le jugea notamment sombre et vide), Blade Runner évolue dans un décor lugubre et oppressant, où la pluie, incessante, vous sape le moral en moins de deux. Il faudra attendre l’arrivée de la VHS pour le couvrir d’éloges, et ce n’est que justice. Que ce soit la musique synthétique et envoûtante de Vangelis, les décors grandioses du Los Angeles de 2019 ou la réflexion sur l’identité et la condition humaine que ce chef d’œuvre sous-tend, on ne boude pas son plaisir. La suite, concoctée en 2017 par le Québécois Denis Villeneuve, quoique très réussie, n’est pas parvenue à faire oublier l’original et son héros charismatique Rick Deckard, incarné par Harrison Ford, lancé à la poursuite d’un groupe de répliquants (androïdes) dont il est sans doute, lui aussi, un des représentants. Le monologue bouleversant de leur chef à la fin, sous les traits de Rutger Hauer, est comme une cerise posée sur ce délicieux gâteau.