kamiquintet-(©-DR)Organique, tellurique, le Kami quintet produit une musique sans frontières qui court le long d’artères urbaines, celles de New-York par exemple, que la formation menée par le guitariste Pascal Charrier a un temps écumé. Des Forces du mouvement de 2008 aux Colors de l’album sorti l’an dernier, le Kami grandit et évolue comme une bête gourmande et malicieuse. Inspirés par les musiques de transe, qui leur collent aux basques quasiment à chaque note, leurs références se nomment Steve Coleman ou Tim Berne. Fascinant, envoûtant, leur son peut se faire docile pour devenir insaisissable l’instant suivant, où le jazz se dégage en volutes épaisses au-dessus d’un « bouillon de culture post-urbain ».

Marly Jazz Festival Dimanche 24 mai
En première partie de soirée