Posts From .

« En attendant Bojangles » de Regis Roinsard

Le roman maintes fois primé d’Olivier Bourdeault a enfin droit à son adaptation sur grand écran grâce à Régis Roinsard. Presque dix ans après son film Populaire, le réalisateur retrouve Romain Duris : dans En attendant Bojangles, l’acteur campe le rôle de Georges, un homme qui aime passionnément une danseuse aussi charmante qu’excentrique, prénommée Camille (Virginie Effira). Camille et Georges vivent avec leurs fils Gary, émerveillé par l’amour et la joie fantasques

« S.O.S Fantômes : L’Héritage » de Jason Reitman

Après le fiasco du reboot avec un casting 100 % féminin en 2016, la franchise des chasseurs de fantômes est de retour. Intitulé S.O.S Fantômes : L’Héritage, le film porte bien son nom puisqu’il ne s’agit non pas d’un, mais bien de deux legs. Ivan Reitman, réalisateur des deux premiers opus de la saga culte, passe ici le flambeau à son fils Jason Reitman. Et l’histoire en elle-même est celle d’une succession : trente ans

« Madres Paralelas » de Pedro Almodóvar

Le sujet des mères est un puits sans fond pour Pedro Almodovar. Le réalisateur iconique retrouve son actrice fétiche : dans Madres Paralelas, Penelope Cruz se glisse dans la peau de Janis, une photographe quadragénaire qui tombe accidentellement enceinte. Le géniteur est un ami marié et un anthropologue judiciaire qui devait l’aider à retrouver les restes de son arrière-grand-père, enterré dans une fosse commune lors de la guerre civile espagnole. Janis, que

« Les Amants sacrifiés » de Kiyoshi Kurosawa

Quand deux pontes du cinéma nippon collaborent pour réaliser un film, on ne peut que s’enthousiasmer : Les Amants sacrifiés est le fruit du travail de Ryusuke Hamaguchi au scénario et de Kioyshi Kurosawa à la mise en scène. Hamaguchi, c’est la nouvelle coqueluche du cinéma japonais : son film Drive My Car a reçu le Prix du scénario au dernier festival de Cannes. Kurosawa, prolifique cinéaste, manie l’art de l’angoisse et de l’épouvante

« Chère Léa » de Jérôme Bonnel

Grégory Montel en reconquête de l’être aimée perdue, voilà ce que nous propose Jérôme Bonnell en cette fin d’année. Chère Léa, c’est l’histoire de Jonas qui, un matin, débarque à l’improviste chez son ex-petite amie (la « Léa » du titre, interprétée par Anaïs Démoustier) : mine déconfite et croissants à la main, il espère obtenir le pardon et recouvrer l’amour de celle qui n’en pouvait plus d’attendre que Jonas mette un terme à

« La Méthode Williams » : volonté et détermination

Nommé King Richard en version originale, La Méthode Williams est un biopic de Reinaldo Marcus Green qui ne se focalise pas sur les multiples victoires de Venus et Serena mais davantage sur le rêve un peu fou de leur père Richard : celui de voir  un jour ses filles sortir de leur milieu défavorisé en accédant aux titres de championnes mondiales de tennis. En interprétant le rôle d’un père protecteur, déterminé et ambitieux, Will Smith

« L’amour à Bénestroff » d’André Faber : vacances au paradis

Passer l’été de ses douze ans à la campagne, chez ses grands-parents, quel souvenir ! Avec tendresse et sans nostalgie, André Faber promulgue L’amour à Bénestroff. Chouette. Connu – et comment ! – pour ses BD qui, en quelques cases, chroniquent l’époque et les gens qui la composent avec beaucoup d’à propos (le fameux strip de Monsieur l’Homme) ou pour l’album illustré, Le chat sourit à Metz, que chaque Messin se doit

« La Fracture » : génération désenchantée

Une vaste étude sociologique sur les 18-30 ans confirme les cassures françaises. Mais La fracture, puisque c’est le titre du livre qui en émane, révèle aussi les révoltes et les espoirs d’une jeunesse capable de jongler avec d’apparentes contradictions. Ce n’est pas un étudiant cherchant à saisir l’horizon qui le dit, ni même un jeune débarquant sur le marché du travail en pleine crise économique et sociale en constatant que, non, il

« M, l’homme de la providence » : monumental avec deux M

par Sylvain Villaume   Voici deux pavés qui, assemblés, cumulent déjà plus de 1 500 pages et, pourtant, on en redemande. Et ça tombe bien : une troisième ration de M est prévue, le temps pour la traductrice Nathalie Bauer de convertir de l’italien au français l’œuvre en tous points gigantesque d’Antonio Scurati, le romancier qui a fait œuvre d’historien en s’attelant à ce que personne avant lui n’avait jamais osé écrire en

Metz fête Saint Nicolas

Les 4 et 5 décembre, Metz fête Saint Nicolas. Tout au long de ce week-end, des dizaines de rendez-vous plus magiques les uns que les autres, sont programmés. Voici les « incontournables ». Saint Patron de tous les écoliers, c’est avec joie que Metz accueille Saint Nicolas et célèbre la jeunesse dans la magie des fêtes de fin d’année. Une fête traditionnelle que la Ville de Metz, le Département de la Moselle et