Sur Netflix Saison 1

Véritable phénomène outre-manche – 15 millions de spectateurs pour la diffusion de la première saison sur la BBC la série Bodyguard de Jed Mercurio mêle pouvoir et désir, sur fond de problèmes de sécurité intérieure et de menace terroriste.

Attention, pas de Kevin Costner ici, mais un Richard Madden bien décidé à en découdre. Les toutes premières séquences posent immédiatement le décor de cette série sous pression, happant aussitôt le spectateur : David Budd, vétéran de la guerre d’Afghanistan, est assis avec ses enfants dans un train de banlieue en direction de Londres. La tension monte et l’on comprend vite que le protagoniste va chercher à déjouer un attentat à la bombe dans le convoi. Avec succès. Exerçant dans la police londonienne, il devient, à la suite de cet événement, responsable de la protection de l’ambitieuse et sévère Secrétaire d’État à l’Intérieur, Julia Montague. Le sergent Budd est double : salué pour son courage et son professionnalisme, il souffre cependant d’un syndrome post-traumatique qu’il refuse absolument de soigner, sacrifiant ainsi sa vie de couple et de famille. Richard Madden (Rob Stark dans Game of Thrones) se glisse avec justesse dans la peau de ce garde du corps à tendance paranoïaque, mais auquel on finit rapidement par s’attacher. Ce rôle lui a d’ailleurs permis de remporter le Golden Globes 2019 du meilleur acteur dans une série dramatique. La série va développer la relation ambiguë et tendue du héros avec celle qu’il est chargé de protéger. En effet, Julia Montague, ou en tout cas ses idées politiques néo-conservatrices et l’application qu’elle souhaite en faire, représentent l’entièreté de ce que le sergent abhorre et rejette. Tout ceci dans un climat très actuel de menace terroriste et de tension politique. Naît alors une attirance mutuelle, bien que celle-ci semble cacher manipulation et ambition – criminelle pour David Budd, politique pour Julia Montague.