L’association des Dirigeants commerciaux de France DCF de Metz célèbre son 40ème anniversaire cette année. L’occasion d’en savoir un peu plus sur ce réseau qui fédère 2500 personnes au niveau national. Les explications de Franck Maillet, le président de DCF Metz.
40ans DCF

© Pascal Volpez

Au niveau national, le réseau compte 2500 membres répartis dans 83 associations locales. Avec 90 membres, Metz est l’une des plus importantes associations. À l’échelon de la région, cela représente environ 180 membres répartis dans 4 associations, en Moselle, Vosges et Meurthe-et-Moselle. Mais le réseau devrait prochainement s’étoffer puisque des ouvertures sont programmées dans la Meuse ainsi qu’au Luxembourg » souligne Franck Maillet, directeur commercial de Barisien/Sita et président de l’association messine des Dirigeants commerciaux de France (DCF).

Un dynamisme qui est notamment lié à la pertinence de l’objectif poursuivi par ce réseau créé en 1930, à savoir la performance économique en entreprise mais via une approche qui se veut résolument humaine. « Notre ambition est de permettre à des dirigeants, des chefs d’entreprise et des responsables commerciaux d’échanger, de s’informer, de se former et d’innover. On peut véritablement parler de valorisation de la relation humaine. La convivialité est à ce titre encouragée », explique Franck Maillet « depuis la crise, le nombre de membres a progressé car les dirigeants ressentent davantage le besoin de se rencontrer, de mutualiser et de se rassurer aussi ». La croissance des effectifs est tout particulièrement sensible à Metz puisque le nombre de membres a doublé depuis 2011. Il est vrai qu’au-delà de répondre à des besoins et des attentes, le président de DCF Metz s’est attaché à tisser des liens et à mettre en place des passerelles avec bon nombre d’autres associations fédérant des chefs d’entreprise comme Entreprendre en Lorraine Nord ou Synergie, par exemple. Un rapprochement qui favorise un enrichissement mutuel et freine le papillonnage entre les différentes structures. Un effort a également été consenti pour organiser un rapprochement avec le monde de l’industrie qui jusqu’alors était peu représenté au sein de l’association qui, à 60%, est composée d’acteurs et de professionnels actifs dans les services.

Pour assurer cette valeur ajoutée tant humaine que technique ou managériale, DCF développe, au niveau national comme local, un programme de rencontres qui s’articule autour de conférences, de débats et d’ateliers traitant de la fonction commerciale, de ses enjeux et de son évolution. Différentes commissions planchent également sur diverses thématiques intéressant la profession. Ou les professions, conviendrait-il de dire, puisque la performance commerciale d’une entreprise ne repose pas uniquement sur les épaules de ses forces de ventes, les commerciaux et dirigeants en tête. C’est l’ensemble des salariés de l’entreprise qui a, en la matière, un rôle important à jouer. Le livreur de la société qui est au contact de la clientèle est à même de capter des informations essentielles pour optimiser les ventes, parfaire un service, anticiper des besoins… Le métier de commercial a d’ailleurs lui aussi grandement évolué ces dernières années pour s’enrichir de nouvelles compétences au-delà du « savoir vendre ». Dans l’une de ces dernières études, l’Observatoire permanent de la fonction commerciale, organisme créé en 1998 par le mouvement DCF afin d’identifier les changements professionnels auxquels sont confrontés les métiers de la vente, met en exergue ces évolutions et les nouvelles compétences requises par la profession : compréhension des attentes du consommateur, connaissance des marchés, maîtrise des nouveaux outils informatiques comme les tablettes qui modifient profondément l’acte de vente et la relation client.

« Aujourd’hui, nos métiers impliquent effectivement d’avoir une approche et une compréhension globale des activités. Mais il est également important, à mes yeux, que les écoles de commerce, entre autres, renouent avec un enseignement qui laisse davantage de place à la vente et à ses techniques, quitte à faire un peu moins de communication. En ce qui concerne les étudiants, chaque année, DCF organise également le Concours national de la commercialisation (CNC) » rappelle Franck Maillet. 

Pour plus d’informations : www.dcf-metz.fr