(©DR)
Chez Henry Architectes, on conçoit des maisons de père en fille. Loin du népotisme que l’on pourrait imaginer sur l’entreprise familiale, c’est dans leur complicité et dans leur complémentarité dans le métier, que Régis et Sophie Henry expriment leur talent à multiples facettes.

Le cabinet, dont le champ d’action s’étend sur tout le Grand Est, travaille à des projets diversifiés dans le domaine de l’architecture comme dans ceux de l’urbanisme ou de la décoration intérieure. Le père est diplômé de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy depuis trente ans. L’architecte concède n’avoir jamais poussé d’une quelconque manière sa fille vers son métier. Pourtant, cette dernière a fait un détour par l’une des plus anciennes et l’une plus prestigieuses universités au monde, la Faculta d’Architectura de Florence en Italie avant de revenir en 2012 achever son cursus dans la même école que son père.Père et fille ont su trouver, à la croisée de leurs méthodes respectives, un véritable équilibre Immédiatement après l’obtention du précieux sésame, Sophie a rejoint le cabinet messin du quartier Sainte-Thérèse où son père œuvre depuis 26 ans. « Je n’ai embauché ma fille à l’agence qu’au terme d’un stage où j’ai pu juger de ses qualités, explique le bienveillant paternel. Elle était efficace, j’ai eu le sentiment que non seulement elle y avait toute sa place mais qu’en plus elle la marquerait un jour de son empreinte » ajoute fièrement Régis Henry.
Et les bénéfices de cette collaboration paraissent décuplés : si la jeune diplômée a pu bénéficier de l’acquis architectural, technique, et environnemental de l’entreprise tout en exprimant sa personnalité propre, le professionnel aux trente années de métier a pu lui, faire évoluer son modus operandi. « Depuis toujours, mes premiers dessins se faisaient toujours sur un morceau de calque, un crayon à la main, expose Régis Henry. Quand j’ai vu que ma fille attaquait tout de suite à l’ordinateur, j’ai eu tendance à lui dire au départ de commencer par le dessin, or je me suis aperçu qu’elle arrivait parfaitement à faire la conception directement avec l’outil informatique. » Aujourd’hui père et fille ont su trouver, à la croisée de leurs méthodes respectives, un véritable équilibre : « l’une fait plus d’images de synthèse, l’autre fait plus de dessin… Finalement, ce qui nous différencie constitue un enrichissement mutuel permanent » constatent les deux architectes.
Parmi les points sur lesquels les Henry font chorus, on trouve quelques idoles communes, du Corbusier au japonais Tadao Ando en passant par le suisse Peter Zumthor, et des principes partagés sur la sobriété de l’architecture, l’usage de matériaux bruts ou naturels ou encore les choix de coloris. « L’une fait plus d’images de synthèse, l’autre fait plus de dessin… Finalement, ce qui nous différencie constitue un enrichissement mutuel permanent »Mais c’est avant tout dans la manière de travailler avec leurs commanditaires que les deux architectes sont semblables : « beaucoup d’architectes ne se consacrent qu’à la conception et délèguent les plans d’exécution à des bureaux d’études, nous, nous aimons proposer un service global à nos clients » détaillent les puristes. « Un bâtiment doit former un tout cohérent, or en faisant faire par des porte-plumes, en segmentant trop les différents services, on a de fortes chances de voir ses idées trahies et de finir avec un résultat mitigé ». Pour eux, chaque détail compte jusqu’au moindre interrupteur ou la moindre poignée de porte, tant et si bien que père et fille souhaitent développer au sein du cabinet la partie architecture d’intérieur. « Dessiner du mobilier, concevoir l’architecture comme un ensemble harmonieux fait partie du plaisir ! » s’exclame le père avant d’ajouter, pragmatique, « de surcroît, gérer les projets de A à Z permet une meilleure maîtrise des coûts ».
De leurs différences comme de leurs points communs, de leur philosophie partagée, les deux Henry ont su tirer le meilleur, en découlent des projets qui intègrent tous une réflexion approfondie, tant sur le mode constructif que dans les solutions à mettre en œuvre en matière d’économie d’énergie et de développement durable.

Henry Architectes
43, rue Charles Pêtre – 57000 Metz
03 87 63 12 00
http://henryarchitectes.fr