© L’Estrade

Pour « relever les défis de demain », le Département de la Moselle mobilise 342 millions pour la « relance » et ce, sur les 5 ans à venir. « C’est un plan de relance ambitieux mais raisonné », a souligné le président Patrick Weiten lors de sa récente conférence de presse.

Pour Patrick Weiten, le président du Département de la Moselle, le plan d’urgence de 42,8 millions d’euros initié par la collectivité, dès juillet, afin de remettre la Moselle en selle, au plus vite, a eu l’effet escompté (voir ci-dessous).  L’heure est venue d’accélérer encore avec le lancement d’un véritable plan de relance 2021-2025, visant à relever les défis de demain. L’enveloppe est conséquente : 342 millions d’euros. Ce plan poursuit 5 objectifs prioritaires.

Premier objectif : un soutien affirmé au développement de 5 territoires mosellans. 281 millions sont mis sur la table. Près de la moitié de ce budget (125 millions) est destiné à l’opération intitulée Ambition Moselle qui vise à accompagner les 725 communes et 23 EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale) du territoire dans leurs projets visant à faire de la Moselle « un territoire plus attractif, plus compétitif, plus agréable à vivre pour l’ensemble de la population ». Le Département soutiendra financièrement, mais également techniquement, des projets d’équipements collectifs destinés à protéger l’environnement, à améliorer la qualité du cadre de vie, à booster le développement économique et touristique… Toujours dans le cadre de ce premier objectif, 75 millions sont destinés à améliorer le patrimoine routier. Des chantiers qui auront également un impact sur l’emploi, 1 250 emplois devant être créés (ou soutenus) dans la branche du BTP pour mener à bien ces opérations.

Autre dossier important, 81 millions seront investis pour la reconstruction de 10 collèges afin de les adapter aux nouvelles normes énergétiques et environnementales et de les doter des nouveaux équipements pédagogiques. « J’en fais une priorité. Les travaux commencent pour le collège de Fontoy et 5 autres suivront très vite. Dans les 6 semaines à venir, je vais rencontrer les maires pour que les projets avancent. Une équipe projet sera spécifiquement créée pour que l’on soit le plus efficace possible », souligne Patrick Weiten.

L’objectif 2, doté d’un budget de 39 millions, est destiné à développer l’attractivité de la Moselle. Un effort tout « Le Département de la Moselle répond maintenant à la mobilisation générale décrétée par le gouvernement pour prendre toute sa part au combat de la reconstruction ».particulier est fait en direction de l’attractivité culturelle et touristique, ainsi qu’en faveur du renforcement de la marque MOSL qui, comme indiqué ci-contre, a un impact positif. 21 millions d’euros sont dédiés à ces secteurs. Les 18 autres millions concernent plus directement l’attractivité via le déploiement de services innovants, au bénéfice de l’enfance, des personnes âgées et/ou en situation de handicap. Lors de la présentation de son plan de relance, Patrick Weiten a également évoqué la création d’ACADEMOS qui accueillera l’actuelle Maison Départementale des Sports, des comités sportifs départementaux, la Direction des Sports et de la Jeunesse du Département, des espaces de pilotage de projets, ainsi qu’un pôle Sécurité Civile, dont le budget a été revu à la hausse pour mieux l’équiper.

L’objectif 3, doté d’une enveloppe de 3,7 millions d’euros, vise à conforter et à accélérer la transition écologique via trois actions : la lutte contre le gaspillage énergétique des bâtiments, le microfinancement de projets visant à améliorer le cadre de vie pour les communes de moins de 2 000 habitants, enfin, le développement de la transition énergétique dans l’agriculture. « L’agriculture mais également la viticulture et la pisciculture doivent être soutenues afin de faire face aux évolutions climatiques et des modes de consommation. Mais également car ces secteurs ont du potentiel. Il nous faut favoriser le circuit-court et mieux exploiter nos richesses. Nos viticulteurs, par exemple, ne peuvent pas répondre à la demande, nous allons donc favoriser le développement de l’AOC Moselle via la création d’un Groupement Foncier Viticole (CFV) visant à faciliter l’accession au foncier viticole », souligne Patrick Weiten. Deux millions d’euros sont donc spécifiquement destinés à accompagner et soutenir ces filières dans le cadre du 4e objectif du plan de relance.

Dernier objectif : faciliter le quotidien par le développement des usages du numérique. 16,8 millions d’euros sont mobilisés dans ce cadre dont 11,6 millions destinés à la mise en œuvre du programme Fus@é qui vise à faciliter les usages éducatifs du numérique dans les collèges et les écoles. « Il importe que chaque école soit raccordée à son collège de recrutement afin d’éviter une fracture numérique à l’entrée en 6e. Je dis aux maires ‘allez-y’ car le Département les soutient via des subventions, de la massification, de la maintenance », précise le Président Weiten. 4 millions d’euros sont également destinés à la modernisation de l’action publique par la transformation numérique.

Si l’investissement est important et ambitieux, il est également « raisonné », indique Patrick Weiten qui a également promis que les Mosellans ne subiront pas, comme pour le plan d’urgence, de hausse d’impôts. « À mon arrivée à la tête du Département, l’endettement était de 730 millions d’euros, il est aujourd’hui de 612 millions. Nous allons donc mettre à profit notre capacité d’emprunt pour injecter de l’argent dans l’économie. Il nous faut soutenir les associations, la culture, le sport ou l’action sociale. Avec ce plan de relance, le Département de la Moselle répond maintenant à la mobilisation générale décrétée par le gouvernement pour prendre toute sa part au combat de la reconstruction », précise le président Weiten non sans dénoncer la « scélérate » loi NOTRe qui a privé les Départements de la compétence économique alors que ces derniers ont joué et jouent encore un rôle déterminant dans les crises actuelles et la nécessaire « relance ».


Accompagner les bénéficiaires du RSA vers l’emploi

© 123RF

« Ce sont près de 30.000 personnes que nous accompagnons, en Moselle. Pour leur permettre de retrouver une activité professionnelle, le Département, via Moselle Attractivité, a notamment lancé une plateforme Job57.fr qui vise à mettre en lien les entreprises qui recrutent et les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) en recherche d’emploi, y compris des emplois de grande proximité grâce à la géolocalisation. Mais ce n’est pas suffisant. C’est pourquoi, 7 développeurs d’emploi s’activent désormais sur l’ensemble du territoire et vont à la rencontre des entreprises», précise Patrick Weiten. À noter que dans le plan d’urgence, différentes mesures avaient été spécifiquement initiées en direction des bénéficiaires du RSA afin de les aider à traverser cette période compliquée.


Enfance : Une antenne du CDE à Thionville

© 123RF

« La protection de l’enfance est une grande cause départementale. 1850 enfants sont confiés au Département et donc placés sous ma protection, a précisé le Président Weiten. Grâce à la mobilisation des services départementaux et des assistants familiaux, nous avons réussi à traverser le confinement, dans de bonnes conditions. Je veux faire plus encore. C’est pourquoi, après celle de Forbach, nous allons prochainement ouvrir une antenne du Centre Départemental de l’Enfance à Thionville. Nous avons d’ores et déjà fait l’acquisition du bâtiment. Il est fondamental que ces enfants soient en contact avec leurs parents et leur famille, la proximité est un atout. »

 


Université de Lorraine : Le Département participe au financement

© 123RF

« L’Université de Lorraine (UL) est aussi celle de la Moselle, de Metz et des territoires. On a aujourd’hui des territoires qui perdent de la population car leurs jeunes n’ont pas d’autre choix que de les quitter pour étudier. Et ils ne reviennent pas ou pas toujours. L’université doit donc aussi mener une politique de gestion des territoires. Le Département participe au financement de l’université comme de ses grandes écoles et nous voulons, à ce titre, être impliqués dans sa gouvernance. Je soutiens donc le maire de Metz, François Grosdidier, dans sa demande d’un audit de l’UL », précise Patrick Weiten.


Plan d’urgence : Un bilan positif

© Laurent Beckrich

« Les caravanes culturelles qui ont été reçues dans 20 communes ont attiré plus de 9 000 spectateurs. Les principaux sites touristiques mosellans affichent globalement une hausse de 16 % de la fréquentation en juillet et août, par rapport à la même époque en 2019. Leur chiffre d’affaires global progresse de 19 %, toujours en comparaison à l’an dernier. Le label Qualité MOSL et la marque MOSL comptent aujourd’hui plus de 300 établissements et les professionnels estiment que cette labellisation s’accompagne d’une progression de 20 % du chiffre d’affaires. Nos différentes actions et opérations de promotion ont porté leurs fruits. Au registre des satisfactions, soulignons encore les 300 jeunes qui ont bénéficié d’un job d’été ou bien encore les 78 étudiants recrutés par le Département et ses filiales », indique Patrick Weiten.


Pas de boule de cristal

© F. Doncourt

« En 2021, toutes nos recettes viennent de l’Etat qui a promis de maintenir ses dotations au niveau actuel. La seule taxe dont nous bénéficions, ce sont les DMTO, les droits de mutation à titre onéreux imposés lors de la vente d’un bien immobilier et récoltés par les notaires. Les chiffres d’août sont d’ailleurs en progression. J’ignore si les promesses seront tenues et comment la situation va évoluer, pour cela il faut une boule de cristal et même une boule de cristal parlante. Mais quoi qu’il en soit, il n’est pas question d’arrêter d’investir dans les collèges, dans les pistes cyclables, dans les Ehpad où il manque 300 ou 400 places. Ce serait dramatique si nous n’investissions pas. Il nous faut être ambitieux et volontaires », a déclaré Patrick Weiten.