Telegrams © DR

Le slogan de l’édition 2020 du festival de musiques nouvelles rainy days résonnera avec acuité dans le contexte de pandémie actuel. Une vingtaine de concerts et de performances sont annoncés du 12 au 22 novembre à la Philharmonie Luxembourg, sous la thématique Come together. Un appel à l’exploration au partage et à la découverte…dans le respect des mesures sanitaires.


O Sentimental Machine

C’est une œuvre placée sous le signe des retrouvailles qui sera présentée au public luxembourgeois, en guise d’ouverture du festival rainy days. Douze ans après avoir collaboré sur Telegrams from the Nose, l’artiste sud-africain William Kentridge et le compositeur français François Sarhan présentent une nouvelle œuvre, baptisée O Sentimental Machine. Après un premier projet axé sur les utopies artistiques de l’Union soviétique des années 20, le tandem penche à nouveau vers l’Est avec cette seconde création. Leur récente collaboration s’appuie en effet sur un discours inédit que Léon Trotski, alors exilé en Turquie, aurait dû prononcer à Paris en 1933, s’il ne s’était pas vu refuser son visa. De cet épisode, William Kentridge a tiré une installation composée de plusieurs vidéos qui forment une mise en scène d’archives. O Sentimental Machine, qui avait par le passé fait l’objet d’une exposition présentée à Paris (à la galerie Marian Goodman), sera accompagné de l’ensemble de musique contemporaine Ictus, basé à Bruxelles.

Jeudi 12 novembre à 19h et 21h dans le Grand Théâtre

Driwwer Drënner Drop

Catherine Kontz © FFC_Megeve

Le quartier Clausen de la ville de Luxembourg vibrera au rythme de la musique le 21 novembre. Sous la houlette de la compositrice luxembourgeoise Catherine Kontz, une centaine de jeunes musiciens et musiciennes de l’UGDA (Union Grand-Duc Adolphe) vont en effet se lancer dans une promenade sonore le long de la rivière Alzette et de ses nombreux ponts. Deux représentations de ce grand Live-Sound Walk, prévu pour durer une heure, ont été programmées, avec pour point de départ le pont de Clausen. Habituée du festival rainy days, Catherine Kontz avait beaucoup fait parler d’elle en 2013, en devenant la première femme à créer un opéra au Luxembourg. Inspiré du roman de l’écrivain français Maxence Fermine, Neige avait été joué à guichets fermés au Grand Théâtre. Catherine Kontz ne s’était à l’époque pas contenté d’élaborer la musique de cette œuvre audacieuse ayant nécessité 4 ans de travail, et ayant pour décor le Japon du 19e siècle. Elle avait également signé l’écriture du livret, ainsi que la mise en scène.

Samedi 21 novembre
Départs à 11h et 14h du pont de Clausen. Entrée libre.

Alternative African Reality

Cedrik Fermont©Andrea Kriszai

On le décrit comme un éternel globe-trotter. Force est d’admettre que Cedrik Fermont a du mal à rester en place, préférant parcourir le monde en quête de nouvelles expériences musicales. Né au Zaïre, cet artiste multi-facettes, à la fois DJ, compositeur, batteur, auteur ou encore activiste végétalien, a grandi en Belgique, avant de vivre une parenthèse hollandaise et de finir par s’installer à Berlin, un terrain de jeu propice à ses créations métissées. Le fondateur du label Syrphe (un incontournable en matière de musique expérimentale) est reconnu pour son appétence pour la musique venue d’Afrique et d’Asie. On en aura d’ailleurs un aperçu lors de son passage à la Philharmonie Luxembourg, où l’on promet quelques nouveautés au cours de son concert électronique. Outre une sélection de musiques expérimentales africaines, issues de sa compilation fleuve Alternative African Reality (32 artistes de 24 pays), Cedrik Fermont profitera de l’occasion pour présenter au public une œuvre récente. Une chose est sûre : si vous aimez les voyages, vous serez servis avec cette exploration sonore de l’Afrique underground.

Vendredi 13 novembre à 21h, au Carré

 


Anthony Braxton en duo

Anthony Braxton©DR

Ce sera soir de grande première le samedi 21 novembre. On assistera en effet aux débuts de la légende de jazz Anthony Braxton, à 75 ans, entre les murs de la vénérable Philharmonie Luxembourg. Le célèbre musicien, reconnu pour son œuvre foisonnante (plus de 350 pièces), ses qualités de pédagogue et son insatiable soif de découverte et d’expérimentation, se produira en duo, en compagnie de l’accordéoniste Adam Matlock. Celui qui ne connaît pas de limite en termes de genres est souvent cité pour sa radicalité dans le free jazz, un courant qui lui colle à la peau. Ce prolifique artiste s’était distingué en 1969 en enregistrant le premier disque pour saxophone solo de l’histoire, intitulé For Alto. Anthony Braxton aura droit à une autre soirée au cours du festival rainy days pour souligner la richesse de son répertoire. Elle aura lieu deux heures avant son concert dans le grand auditorium. Un groupe de 7 musiciens et musiciennes présenteront un condensé de son univers musical dans la salle de musique de chambre, à travers un spectacle baptisé Ghost Trance Music, en référence au style de musique qui caractérise l’œuvre de Braxton depuis quelque temps.

Samedi 21 novembre à 20h dans le grand auditorium.

Caravane

Caravane© DR

 

Oubliez les grandes salles de concert et les assistances bondées. Avec Caravane, c’est une plongée dans l’intime qui est proposée au spectateur. La performance sonore se limite en effet à une seule personne, qui prend place dans une caravane, où l’attend la pianiste Gwen Rouger, qui intervient notamment au sein de l’ensemble suisse We Spoke. Une fois à l’intérieur, cette artiste friande d’expérimentation et de lieu de diffusion originaux entame une pièce de Charlie Sdraulig, Collector, après avoir lu un texte en lien avec la partition. Le concept a lieu dans un espace public, en l’occurrence ici la place de l’Europe de Luxembourg. Véritable invitation à un voyage musical, l’expérience joue à la fois de sa représentation de liberté, d’exploration des grands espaces et de l’intimité très singulière qu’elle provoque. Elle évoque également, pour reprendre le communiqué de presse, « l’humilité nécessaire à la notion de découverte, celle de la pianiste comme celle du spectateur. »

Samedi 14 et dimanche 15 novembre à différents horaires sur la place de l’Europe.

 

Compte tenu des circonstances actuelles, vous trouverez les informations mises à jour sur le site www.philharmonie.lu