(©DR)

Élection après élection, le parti « Alternative für Deutschland » (Afd) confirme sa montée en puissance. À Berlin, lors des élections régionales programmées le 18 septembre dernier, il a engrangé près de 14% des voix, dans certains quartiers, il a même dépassé les 20%. Un succès que l’Afd et sa présidente, Frauke Petry, ne sont se pas privés de fêter. Le parti de droite populiste qui se défend d’être d’extrême-droite mais qui se veut anti-migrants et anti-islam doit néanmoins composer avec quelques figures « embarrassantes », quelques-uns de ses membres représentatifs, comme Kay Nerstheimer, affichant un peu trop ouvertement leurs penchants néonazis.