Régulièrement citée pour sa qualité de vie, la Norvège compte quelques beaux ambassadeurs en la matière. Comme la petite ville d’Ålesund, située au sud-ouest, lovée dans un cadre idyllique entre mer, fjords et montagnes. Un petit paradis pour les amoureux de la nature, mais aussi les passionnés d’Art nouveau, imbriqué dans l’architecture locale.

Dans l’histoire d’Ålesund (prononcer « Olesund »), petite ville étalée sur trois îles au sud-ouest de la Norvège – dont celle de Nørvøya, la plus importante – il y aura eu un avant et un après 1904, année synonyme de tragédie, mais aussi de renaissance, en tout cas de nouveau départ. La capitale norvégienne de la pêche [mais aussi un des grands ports d’exportation de morue séchée dans le monde], fondée en 1793, était alors la proie d’un incendie qui allait raser la plupart de ses vieilles maisons en bois, laissant des milliers d’habitants sans toit. En trois ans, architectes et artisans la remettront sur pied en lui accolant un style très en vogue à l’époque : l’Art nouveau. Difficile d’ignorer ce courant artistique dont cette cité d’à peine 50 000 âmes est imprégnée et constitue une des belles vitrines à l’échelle internationale. L’architecture en est riche. Chaque promenade dans cette cité côtière séduisante – dont le nom signifie « le chenal de l’anguille » – s’apparente à un safari découverte, la nuque souvent cambrée pour admirer qui un balcon en fer forgé, qui une fenêtre et ses ornements floraux, qui une façade témoignant de cet ADN gravé dans le paysage. Le bâtiment Rønneberg, avec ses décorations d’inspiration viking, la maison des abstinents ou encore le Syndicat, théâtre d’événements et de spectacles en tout genre, sont quelques exemples de la spécificité locale.

Si elle est réputée pour son style unique au pays des Vikings, Ålesund l’est aussi pour ses merveilles naturelles propices aux sorties au grand air, à commencer par la randonnée (lire ci-dessous). Difficile de rester cloîtré dans cette métropole miniature entourée de fjords et de montagnes qui traversent une grande variété de paysages. Parmi les escapades vivement conseillées figure la route des trolls (Trollstigen). Un must. Une fois sur place, les yeux s’écarquillent. Devant eux : une succession de lacets dans une vallée grandiose. L’observatoire aménagé au sommet est synonyme de plongée vertigineuse dans un décolleté gigantesque, écrasant de beauté, offert par Dame Nature. Plusieurs sentiers permettent d’apprécier ce site charismatique à sa juste grandeur.

Si vous êtes plus culture que nature, Ålesund s’avère plutôt bien lotie pour une ville de sa taille. Elle compte quelques musées intéressants, comme celui dédié à l’Art nouveau (forcément), inauguré en 2003, qui a pris ses quartiers dans une pharmacie dont le premier étage, ancien lieu de vie du pharmacien, accueille des expositions temporaires. Le musée d’Ålesund vous dira tout quant à lui sur l’histoire de cette agglomération aux allures d’archipel, et notamment le terrible incendie qui la défigura. Une grande maquette livre d’ailleurs un aperçu de ce qu’elle était avant de renaître de ses cendres. On ajoutera au menu de ces visites instructives le Centre de la pêche, qui apporte notamment un éclairage sur l’exportation de certains poissons. Qui dit poisson dit port dans cette cité enfantée par la mer. Celui d’Ålesund sera très apprécié avec ses entrepôts colorés reconvertis en hôtels, appartements et magasins, sa marina, mais également ses petits cafés plein de charme. Un mot incrusté dans la pierre et le cœur de cette Venise scandinave.


Ålesund vue d’en haut

© DR

© DR

Randonneurs et kayakistes s’en donneront à cœur joie sur ce territoire gorgé d’eau et de montagnes. La plus emblématique est sans doute le mont Sukkertoppen, surnommé le pain de sucre, qui permet d’admirer entre autres la beauté du fjord de Geiranger, véritable joyau de la nature norvégienne [inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO], dont les parois abruptes révèlent par endroits des cascades majestueuses. On peut également en prendre plein les yeux en grimpant les 418 marches du mont Aksal (ou s’y rendre en voiture), qui s’élancent du parc central. La vue sur Ålesund et ses toits gris, mais aussi les îles alentours et les Alpes de Sunnmøre mérite amplement quelques efforts. La récompense est promise aux points panoramiques de Kniven et Fjellstua (agrémenté d’un café avec terrasse), deux des attractions majeures de la ville Art nouveau, en particulier lorsque le soleil couchant teinte le panorama de couleurs chatoyantes. L’archipel de Giske est aussi à visiter, avec une mention pour les îles de Giske et Godøy, accessibles au public par des ponts ou des tunnels sous-marins. Au chapitre des curiosités, la première abrite une vieille église de marbre datant du 12e siècle. La seconde, qui signifie « île de Dieu », est la terre d’un village de pêcheurs, Alnes, comprenant un petit phare dont les premières traces remontent à 1876, où l’on peut déguster de délicieux gâteaux maison dans un café charmant. L’île de Godøy est réputée pour sa nature magnifique, avec pour principaux ambassadeurs le mont Storhornet, qui culmine à 497 mètres d’altitude, et le grand lac Alnesvatnet.