Jonathan A., écrivain raté, instable et porté sur la bouteille, s’éveille ivre mort à l’arrière d’une voiture, et nous livre le roman d’une vie pas moins pathétique que sa carrière littéraire. Déguisé en récit d’une lutte contre la boisson, Alcoolique atteint ses véritables moments de grâce lorsqu’il décrit les épisodes les plus essentiels de la vie de son narrateur : la somme de ses rendez-vous manqués avec l’espèce humaine. Dean Haspiel officiait déjà aux côtés d’Harvey Pekar sur American Splendor : on retrouve son noir et blanc précis et très élégant dans cette autre chronique de l’Amérique des losers magnifiques.