Le Messin Jo Cimatti offre à son public la première partie d’un album très personnel de onze chansons réalisé en autant de jours. Une « réponse au vertige » entre espoir et nostalgie.

Pour son premier album solo The Man from Nowhere, sorti en 2014, Jo Cimatti a travaillé pendant trois ans. Son deuxième essai sous son nom n’aura pris que onze jours… une démarche totalement différente mais pas moins personnelle pour le musicien à la voix d’ange fan de rock psyché des années 60, de Bowie aux Pixies. On retrouve ces influences dans au sein d’un album dont le titre énigmatique ((((?)))) semble faire écho à son état d’esprit et à la période pendant laquelle il a été enregistré. « Chez moi, avec tous mes concerts annulés, j’avais du temps mais aussi un sentiment d’urgence, raconte le chanteur et guitariste qui a officié notamment dans le groupe de Cascadeur. L’album a été une façon de donner des nouvelles, de partager des sentiments assez troubles ».

S’il a parfois pu se sentir limité techniquement, seul dans son home studio, l’exercice a aussi été libérateur. « J’ai écrit, composé et enregistré moi-même une chanson par jour, raconte-t-il. J’ai éprouvé un sentiment de liberté totale, et je me suis permis des choses personnelles que je ne me serais peut-être pas permis en studio ! » Il invite par exemple sa femme et son fils à faire les chœurs sur 10 Years of love, évoque ce quotidien bouleversé où faire ses courses devient une expérience inquiétante et étrange, l’absence de contact ou encore des interrogations inédites : que peut bien faire son voisin seul chez lui ? Écoutable librement et diffusé à prix libre, la première partie de cet album sera bientôt suivie d’une seconde sur le même principe. Jo Cimatti participe également au projet Rescousse, dont les droits seront reversés à la recherche contre le virus, et pour lequel il a réalisé une chanson aux côtés de Cascadeur et Jérôme Didelot du groupe Orwellu.

www.jocimatti.bandcamp.com