Annegret Kramp-Karrenbauer © DR

L’ancienne Ministre-Présidente de la Sarre, Annegret Kramp-Karrenbauer, est candidature à la succession d’Angela Merkel en tant que chef de la CDU. Sa proximité avec l’actuelle chancelière pourrait cependant constituer son plus grand handicap vis-à-vis de ses concurrents.

Son départ pour Berlin pour prendre le poste de secrétaire générale du parti conservateur CDU avait donné le coup d’envoi aux spéculations, le renoncement précoce d’Angela Merkel a dû quelque peu accélérer le calendrier qu’elle s’était fixé : la sarroise Annegret Kramp-Karrenbauer se lance maintenant dans la course à la présidence de la CDU. Lors de la prochaine convention du parti du 6 au 8 décembre, trois candidats se présentent à la présidence : AKK, l’actuel ministre fédéral de la santé Jens Spahn ainsi que l’ancien président du groupe CDU/CSU au Bundestag et actuellement homme d’affaires, Friedrich Merz. Selon les derniers sondages, Spahn se situe à la troisième position, loin derrière les deux autres candidats. Le duel au sommet pour succéder à Angela Merkel – et probablement devenir le prochain candidat de la CDU à la chancellerie – se jouera donc entre AKK et Merz qui représentent deux tendances très distinctes au sein du parti. Tandis que AKK dessert plutôt l’aile sociale et modérée de la CDU, se plaçant ainsi comme héritière logique de Merkel, Merz assume son arrière-plan libéral et des positions très à droite en particulier dans le domaine de l’immigration. Au sein de la base, Friedrich Merz apparaît comme une personnalité forte tranchant avec le style de l’ère Merkel dont de nombreux membres du parti sont convaincus qu’il est responsable des mauvais résultats obtenus par la CDU aux dernières élections régionales. De plus, de par son ancienne fonction de chef de groupe au Bundestag, il s’agit d’un acteur politique connu dans tout le pays. Les cadres du parti quant à eux misent plutôt sur Annegret Kramp-Karrenbauer dont ils estiment qu’elle est le mieux en mesure d’incarner la cohésion du parti. De plus, elle dispose d’une grande expérience puisqu’elle a déjà occupé plusieurs ministères en Sarre, qu’elle a dirigé cette région pendant plusieurs années et a prouvé qu’elle pouvait gagner des élections dans un contexte difficile.