J’habitais une petite maison sans grâce, j’aimais le boudin. Derrière ce titre pas franchement accrocheur, on découvre l’adaptation du récit autobiographique de Jean-Marie Piemme, Spoutnik. Réalisée et jouée par Philippe Jeusette et Virginie Thirion, avec Eric Ronsse, cette jolie pièce nous plonge dans la vie du dramaturge liégeois. « J’ai des racines, je viens du pays de l’usine. » Quand une fille demande à son père « comment elle était ta maison ? », celui-ci se lance dans la narration de sa vie. L’histoire d’un couple qui veut, pour son fils, mieux que pour lui. Lui est à l’usine, elle dans sa cuisine. Le fils, lui, est à l’université, en langue française pour sortir du prolétariat wallon.

Servi par un Philippe Jeusette truculent qui sert le texte tout en finesse, dans un coin de cuisine des années 60, le récit se déroule, appuyé par la vidéo, la musique et trois comédiens pour une pièce tendre, drôle, touchante. Comme toujours avec Jean-Marie Piemme, le texte est dynamique et juste pour un moment qui nous entraîne dans une vie simple, rythmée par le quotidien, la venue de Saint-Nicolas et les principes d’éducation de sa mère.

J'habitais une petite maison sans grâce (©Alice Piemme)

J’habitais une petite maison sans grâce (© Alice Piemme)