Sur HBO & OCS Saison 1

Après le succès aussi bien critique que public de son film Call me by your name, Luca Guadagnino retourne en Italie du Nord et livre We are who we are, une série intimiste qui porte un regard sensible sur l’adolescence.

Fraser est un adolescent un peu perdu et dans son monde. En 2016, il se voit contraint de quitter New-York pour emménager dans la province de Venise, et plus précisément à Chioggia, sur la base militaire américaine où ses deux mères viennent d’être mutées. Avec son style vestimentaire extravagant qui multiplie les motifs tapageurs, ses ongles rongés vernis et ses cheveux blonds décolorés, il est loin de se fondre dans la masse des uniformes kakis. Il reste à part, écouteurs aux oreilles, plongé dans ses pensées et observe son nouvel environnement avec autant de curiosité que de défiance. S’il se plaît à jouer les provocateurs et les arrogants pour secouer la rigidité militaire qui l’entoure, il n’exprime pas moins une certaine candeur et poésie dans sa manière d’apprivoiser les choses : il n’est certes plus un enfant, mais il n’est pas encore un adulte. Durant ses premières heures d’exploration, il fait la rencontre de Caitlin avec laquelle il sent une connexion immédiate et toute particulière : tout comme lui, la jeune fille sort des normes. Si Fraser refuse les codes traditionnels de la masculinité, Caitlin explore elle aussi son identité de genre et se plaît notamment à se travestir en homme. De la plage et la base militaire, du bruit apaisant de la houle et celui tonitruant des avions de chasse, Luca Guadagnino propose un voyage immersif en terre adolescente, avec comme toile de fond une quête d’identité et l’entrée tumultueuse dans l’âge adulte. La série filme alors de manière contemplative les déambulations des deux adolescents, parfois accompagnés d’autres jeunes résidant eux aussi sur la base militaire. À la spontanéité de leurs mouvements répond un désir profond de liberté, un refus net d’être policés. Entre les baignades, les balades à vélo et les sorties dans les bars au bord de la mer, le temps semble parfois suspendu. Une ambiance de vacances estivales qui n’est pas sans rappeler Call me by your name.