Banque coopérative et citoyenne, la Banque Populaire Lorraine Champagne entretient des rapports privilégiés avec le monde de l’entrepreneuriat social et les associations pour lesquels elle a développé des solutions spécifiques.
ADN-solidaire

© Fotolia

L’esprit associatif fait partie intégrante de l’ADN de la Banque Populaire Lorraine Champagne, depuis sa création au début du XXème siècle. Banque coopérative, la BPLC est en effet une entreprise de l’économie solidaire et sociale (ESS) comme le sont aussi les mutuelles, les associations ou les fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont établis sur des principes de solidarité et qui ont adopté des modes de gestion démocratiques et participatifs. À la BPLC, ses 186 000 sociétaires sont impliqués dans la gouvernance de la banque. Partageant des valeurs communes, la BPLC a développé une relation privilégiée avec des milliers d’associations en Lorraine (au niveau national, Banque Populaire compte 150 000 associations parmi ses clients). Pour répondre aux besoins spécifiques du monde associatif, la banque a tout d’abord développé des outils et des produits qui répondent précisément à ses besoins. Le Livret Solidaire Associations (voir ci-dessous) en est un bon exemple. Cette expertise s’accompagne également d’une très grande proximité qui repose sur un réseau de 169 agences et de centres d’affaires en Lorraine Champagne. Mais elle se décline surtout au travers des relations de confiance que nouent les responsables associatifs et les chargés d’affaires BPLC spécialisés en économie solidaire et sociale. Il n’est pas inutile de rappeler qu’en Lorraine, l’ESS emploie plus de 80 000 salariés dans 6 500 établissements. C’est également un secteur qui continue à se développer et à créer de l’emploi. Tout au long de l’année, la BPLC accompagne ces acteurs pour les conseiller en matière de finance et de fiscalité. Une démarche partenariale qui s’avère d’autant plus pertinente aujourd’hui que bon nombre d’associations doivent désormais composer avec des ressources moins importantes alors que leurs missions s’avèrent, bien souvent, plus nombreuses.


3 QUESTIONS À… DIDIER PIVEL, Responsable du Marché de l’Économie Sociale à la BPLC

Didier-Pivel

© BPLC

Le Livret Solidaire Associations est un livret d’épargne exclusivement réservé aux associations. Comment fonctionne-t-il ?

En plaçant des capitaux sur ce livret, les associations participent au développement d’autres associations de Lorraine et de Champagne. Les intérêts produits sont reversés à hauteur de 25% sur un fonds de solidarité qui sert à financer des projets associatifs. Depuis la création de ce livret, une trentaine d’associations ont ainsi bénéficié d’un coup de pouce financier.

Le 15 octobre dernier, au Château de Lunéville, la BPLC a organisé la 6ème remise du prix Livret Solidaire Associations. Quel était le montant de l’enveloppe et combien d’associations ont-elles été aidées ?

Cette année, 5 246 euros ont été distribués à 11 associations lorraines et champenoises, à parts égales. Elles sont actives dans des domaines comme le handicap, le développement durable, l’humanitaire, l’insertion ou la culture.

Toutes les associations ont-elles la possibilité de déposer leur candidature ?

Tout à fait. Pour cela, l’association doit nous adresser une candidature accompagnée du projet pour lequel elle souhaite une aide financière. Les dossiers peuvent être déposés dans les agences de la BPLC, entre le mois de janvier et le mois de mai. Les candidatures sont étudiées par un jury composé de représentants du monde associatif et de la BPLC. Mais la décision finale revient toujours aux associations.


LA FERME ÉQUESTRE DE LA BASSE AUBRY

cheval

La Ferme équestre de la Basse Aubry est une association mosellane qui a pour but l’organisation de manifestations au profit des pensionnaires de la Maison d’Enfants de Lettenbach. Elle gère également une ferme équestre agréée par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative ainsi qu’un gîte de 16 couchages, bénéficiant du label Moselle Tourisme Pleine Nature. L’objectif de l’association est de proposer des loisirs aux enfants de l’établissement, mais également de favoriser l’intégration de la médiation par le cheval dans les programmes éducatifs (équithérapie). La ferme est ouverte à des pratiquants extérieurs, particuliers et autres établissements spécialisés ayant une orientation tourisme équestre. L’aide financière accordée par la Banque Populaire Lorraine Champagne va permettre à l’association de mieux répondre à la demande locale de cours d’équitation, de proposer une activité de pension pour chevaux et de s’engager dans une démarche de centre de formation.


TÉMOIGNAGE : PIERRE VIELLARD DE LA SYNAGOGUE DE DELME

Synagogue-de-Delme © 169Ce coup de pouce financier est le bienvenu car il va nous permettre d’acheter du matériel utilisé par notre jeune public dans le cadre des ateliers que nous leur proposons » souligne Pierre Viellard, en charge de l’administration et de la communication de la Synagogue de Delme, en Moselle. Depuis 1993, ce centre d’art contemporain qui a pour particularité d’être localisé dans une ancienne synagogue, place l’art et les artistes au cœur de son activité, en privilégiant la production d’œuvres où les artistes sont invités à développer des projets spécifiques pour la Synagogue. Il a pour mission le soutien à la création, la diffusion des arts visuels et la sensibilisation du public. Le centre d’art gère un programme multimédia (en relation avec la Commune de Delme) et un programme de résidence d’artistes en relation avec le Parc Naturel Régional de Lorraine et la Commune de Lindre-Basse. Il accueille également trois à quatre expositions temporaires chaque année. « Jusqu’au 1er février 2015, nous convions le public à découvrir l’exposition The Diaries (journaux intimes) de l’artiste autrichien Peter Friedl » précise Pierre Viellard.