©Illustration : Fabien Veançon

Les chantiers se multiplient sur le territoire du Val d’Alzette qui a entamé sa métamorphose. Si les bâtiments s’élèvent, le projet piloté par l’Etablissement Public d’Aménagement (EPA) Alzette-Belval ne se réduit pas à une approche comptable des mètres carrés. 

Résidence étudiante, logements, siège de la CCPHVA (Communauté de Communes du Pays Haut Val d’Alzette)… Les grues et les engins de chantier se multiplient à proximité de la frontière luxembourgeoise, du côté d’Audun-le-Tiche, Aumetz, Rédange, Russange, Boulange, Ottange-en-Moselle, Thil et Villerupt. Les communes de la CCPHVA, sont directement concernées par l’Opération d’Intérêt National Alzette-Belval (OIN, décidée en 2012) pilotée par l’Etablissement Public d’Aménagement (EPA) Alzette-Belval, en charge de l’aménagement et du développement économique de ce territoire. Des chantiers s’ouvrent sur les friches industrielles mais également au cœur même des anciennes cités sidérurgiques afin de rénover l’espace public et de mener des opérations de réhabilitation. En fin d’année dernière, l’EPA Alzette-Belval et l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ont signé une convention qui permet à l’EPA d’accorder des aides financières (l’enveloppe globale est de 1,2 million sur 5 ans) aux propriétaires privés de maisons dégradées sises à Villerupt. Si la métamorphose de ce territoire est physiquement observable, le projet porté par l’EPA ne se résume pas à créer ou à rénover des milliers de logements afin d’attirer une nouvelle population (la population pourrait doubler d’ici 20 ans), tout en soignant l’intégration des habitants installés de longue date. Le Val d’Alzette ne sera pas la banlieue dortoir du Luxembourg. La création de commerces, la mise en place de services, la multiplication des espaces verts, l’accueil d’entreprises, l’accès à la culture avec le Pôle Culturel, notamment, dont la construction a débuté, confirment la volonté des acteurs concernés (Etat, Région, CCPHVA, Conseils départementaux de la Moselle et de de Meurthe-et-Moselle sont représentés au Conseil d’administration de l’EPA) de nourrir la vie locale, de créer du lien social et de la richesse. La stratégie initiée sur ce territoire comporte une autre facette ô combien importante même si elle n’attire pas l’œil comme un bâtiment qui s’élève. Le projet OIN Alzette-Belval, labelisé Ecocité et Ecoquartier, se veut écologique, durable et innovant. Le territoire accueillera notamment de multiples expérimentations et des projets novateurs dans des domaines comme l’énergie (projet regroupant l’énergie éolienne, l’hydrogène et le biométhane), le traitement des déchets, la gestion des eaux pluviales, l’économie circulaire, la mobilité, l’accès au numérique… C’est, d’ailleurs, aussi le cas dans le domaine de la construction. L’entreprise Linkcity entreprend la construction de 183 logements à haute performance thermique « selon un principe constructif industrialisé, innovant, en panneaux de bois Panobloc », précise l’EPA sur son site internet.

www.epa-alzette-belval.fr