© DR

La Sarre et la Rhénanie-Palatinat font face à une pénurie de médecins, surtout dans les zones rurales qui sont en même temps concernées par un vieillissement de la population. En Sarre, 40 postes de généralistes sont vacants et ce nombre pourrait doubler d’ici quelques années. Même problématique chez les voisins de Rhénanie-Palatinat. Pour endiguer ce phénomène et motiver les jeunes diplômés à s’installer dans leur région, le gouvernement régional de Mayence a décidé de permettre l’accès aux études de médecine à des bacheliers qui a priori ne rempliraient pas les conditions d’admission du numerus clausus. En contrepartie, ceux-ci doivent s’engager à travailler pendant 10 ans comme médecin de campagne. La proposition de loi correspondante prévoit de réserver 6 % des places dans les facultés de médecine de la région à ces étudiants. De plus, le nombre de places total doit être revu à la hausse.