(©DR)

Argent, amour, réussite sociale, savoir… À chacun son « bonheur ». Mais dans son dernier livre, le philosophe Luc Ferry explique que le bonheur dépend moins du travail sur soi que de l’état du monde et du sort de ceux que nous aimons. « J’ai la conviction que les illusions rendent malade, la lucidité seule ouvrant des voies vers la santé, et, si la philosophie m’a peut-être bien sauvé la vie, c’est assurément sur ce chemin-là », précise l’auteur. Déconstruire les illusions pour révéler les vrais moments d’intensité et de sérénité, c’est l’objet de ce bouquin.