(©DR)
C’est le premier groupe de Syriens, jusqu’alors installés en Turquie, qui sont accueillis par le Grand-duché. D’autres réfugiés sont attendus.

Suite à l’accord du 18 mars 2016 conclu entre l’Union européenne et la Turquie, de procéder pour chaque Syrien réadmis par la Turquie au départ des îles grecques, à la réinstallation d’un autre Syrien de la Turquie vers l’un des États membres de l’UE, une délégation luxembourgeoise s’était rendue à Ankara au mois d’avril pour mener des entretiens avec les réfugiés sélectionnés par l’agence des Nations unies pour les réfugiés, l’UNHCR. Les 25 et 27 mai derniers, 27 réfugiés syriens, dont 14 adultes et 13 enfants, ont été accueillis au Luxembourg, dans ce cadre. Ils constituent le premier groupe de réfugiés syriens résidant en Turquie qui seront réinstallés au Luxembourg. Des représentants de la Direction de l’immigration du ministère des Affaires étrangères et européennes et de l’Office luxembourgeois de l’accueil et de l’intégration (OLAI), administration sous tutelle du ministère de la Famille et de l’Intégration, « s’occupera de l’accueil de ces personnes, en collaboration avec le Lisko (Centre luxembourgeois d’intégration et de cohésion sociale), une cellule mobile de la Croix-Rouge conventionnée par le ministère de la Famille et de l’Intégration, qui accompagne les bénéficiaires de la protection internationale dans leurs démarches de la vie quotidienne en vue de faciliter leur intégration dans la société luxembourgeoise », précise le gouvernement dans un communiqué de presse. Sachant que la réinstallation est souvent la seule façon de garantir efficacement la protection physique et légale des réfugiés, le Luxembourg a réinstallé 28 réfugiés syriens depuis la Jordanie en 2014 et 46 réfugiés syriens depuis la Turquie en 2015. Outre ces efforts, dans le contexte du Conseil « Justice et affaires intérieures » du 20 juillet 2015 et suite à l’appel lancé par l’UNHCR lors de la conférence à Genève du 30 mars 2016, le Luxembourg s’est engagé à réinstaller 50 réfugiés syriens ayant manifestement besoin d’une protection internationale. Pour ce faire, une délégation se rendra à nouveau en Turquie, prochainement.