(©DR)

NANCY / JOURNÉE DE l’ENTREPRENEURIAT

Faire germer l’idée auprès de 200 jeunes issus de quartiers dit  » défavorisés « , qu’il n’y a pas de plafond de verre dans l’entrepreneuriat ou le repreneuriat – que l’on soit une fille ou un garçon, avec ou sans diplôme, c’était l’objectif de Radoine Mébarki, chef d’entreprise et délégué général du diplôme universitaire de «  repreneuriat « . C’est dans le cadre de la journée nationale des Cordées de la réussite, que la Cordée Artem a accueilli 200 collégiens et lycéens sur son campus afin de leur permettre de rencontrer et échanger avec des chefs d’entreprise. C’est très simplement que les 8 chefs d’entreprise présents ont accepté de témoigner de leur parcours scolaire, de leur quotidien, des valeurs qui les guident et de leurs ambitions. C’est tout aussi spontanément que les élèves ont questionné leurs ainés, surpris, amusés et surtout très intéressés par les remarques pertinentes des ados. Les messages délivrés par les chefs d’entreprise avaient pour objectif de donner envie aux jeunes, de leur donner l’ambition de se surpasser, de vivre de leur passion et de démontrer que le champ des possibles est vaste dans l’entrepreneuriat. Mission réussie si l’on en croit le mot d’Inès, lycéenne au lycée Blaise Pascal de Forbach : « les échanges de ce matin montrent bien qu’avec de petits moyens, on peut réussir à faire de grandes choses ! ».